Airbnb accusé de discrimination raciale aux États-Unis

le
0

Airbnb est accusé d‘être passif face à la discrimination envers les utilisateurs noirs. Tout en déclarant être «consciente» de ces problèmes, l’entreprise souhaite toutefois conserver les photos de profil.

Une histoire qui tâche la réputation du leader mondikal de la location sur le web. C’est le site de CNN qui rapporte l’information. Il y a plus d’un an, un afro-américain de 25 ans était en quête d’une location à Philadelphie. Dans un premier temps, il a utilisé son «vrai» profil avec des photos authentiques, et a essuyé un refus: l’hôte concerné lui a répondu que l’appartement était indisponible. Lorsqu’il a réitéré sa demande avec des photos de profil - factices, cette fois - d’homme blanc, sa demande a été acceptée.

Pour dénoncer ce fâcheux incident, le jeune homme a écrit à Airbnb afin de leur expliquer le problème. Il a également tweeté des captures d’écran de ses deux demandes en ligne. Devant l’absence de réaction d’Airbnb, il a finalement décidé d’attaquer le site de location en justice, l’accusant de violer les lois américaines anti-discrimination. «Nous pensons que de nombreuses autres personnes rejoindrons ce recours collectif», a notamment expliqué à CNN son avocat. Le jeune homme ne serait en effet pas le seul à être victime de faits similaires.

Un journaliste américain du site Slate a lui constaté des discriminations. Malgré ses bonnes évaluations sur le site, il raconte qu’environ un quart de ses tentatives restent sans réponses, ou sont rejetées par les hôtes contactés.

Pas question de retirer les photos de profil

Sur Twitter, un avocat afro-américain explique une astuce qu’il applique pour s’éviter toute déconvenue: demander à un ami blanc de s’occuper de sa réservation Airbnb lorsqu’il souhaite voyager. «Beaucoup moins de rejets», précise-t-il.

La situation est donc délicate. De son côté, Airbnb a indiqué qu’il était conscient du problème. Dans une interview à la radio NPRil y a quelques jours, le représentant de la diversité chez Airbnb a expliqué que des solutions étaient actuellement à l’étude pour arranger la situation. En revanche, il n’est nullement question d’envisager purement et simplement la suppression des photos de profil. Le management d’Airbnb estime que les photos font partie intégrante de la relation de confiance que le site souhaite tisser entre le locataire et hôte. En d’autres termes: même s’il condamne fermement ces discriminations, le site ne se considère pas responsable des choix de ses utilisateurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant