Airbnb à la conquête du voyage d'affaires en France

le
0
AIRBNB À LA CONQUÊTE DU VOYAGE D'AFFAIRES EN FRANCE
AIRBNB À LA CONQUÊTE DU VOYAGE D'AFFAIRES EN FRANCE

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Airbnb veut accélérer son développement dans le voyage d'affaires en France, qui constitue un axe de croissance majeur à l'heure où l'hébergement dit "collaboratif" séduit de plus en plus la clientèle professionnelle.

Le leader mondial de la location d'hébergements entre particuliers, qui a lancé son offre professionnelle en 2015, réalise déjà 15% de ses nuités sur ce segment d'activité et compte atteindre les 30% d'ici à 2020.

"La France est un marché très important pour nous. En 2016, nous y avons multiplié par quatre le nombre de nuités louées pour des voyages d'affaires", a déclaré à Reuters Jon Liebtag, responsable d'Airbnb Business Travel pour la région Europe-Moyen Orient-Afrique.

Avec plus de 400.000 offres au total, la France est le deuxième marché d'Airbnb après les Etats-Unis et Paris sa première ville avec plus de 65.000 offres.

Pour séduire, Airbnb sélectionne les logements les mieux notés, avec wifi et espaces de travail, propose des arrivées 24h sur 24 et la possibilité de facturer directement l'entreprise.

Comme pour la clientèle de loisirs, il mise sur l'envie de convivialité et d'immersion dans la vie de tous les jours.

"Nous proposons à nos clients de se sentir comme à la maison, à des prix attractifs. On peut se sentir très seul en voyage d'affaires. On peut avoir envie de se sentir un peu chez soi et de vivre comme un citadin local", a précisé le dirigeant.

L'offre cible surtout les séjours longs, les groupes ou les séjours prolongés par un week-end.

"Nous répondons par exemple très bien aux besoins des consultants qui effectuent souvent des missions longues et répétées dans un même pays, ou bien aux personnes qui recherchent un logement après un déménagement professionnel", a-t-il ajouté.

La moyenne des séjours est de 4 à 6 jours.

PARTENARIATS

Le géant américain a déjà conclu des partenariats avec American Express Business Travel ou l'agence Carlson Wagonlit Travel (CWT) qui intègrent son offre professionnelle.

En France, il compte BlablaCar, Morgan Stanley et Ernst & Young comme clients.

Face à cette offensive, les hôteliers jouent la carte de la convivialité, comme chez Accorhotels qui a créé des espaces de "coworking" dans certains de ses hôtels Mercure et Novotel.

La clientèle d'affaires représente 60% du chiffre d'affaires d'Accorhotels dans l'Hexagone et 50% à Paris.

Les hôteliers multiplient aussi les offres attachées à leurs programmes de fidélité.

Le dirigeant d'Airbnb, lui, se défend de vouloir prendre des parts de marché à l'hôtellerie traditionnelle.

"Notre offre est complémentaire. Nos clients font appel à nous car ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent dans l'hôtellerie classique", assure-t-il.

Face à l'expansion de la plate-forme, nombre de municipalités comme San Francisco, New York, Berlin ou Paris tentent de limiter son offre, estimant qu'elle est source de pénurie de logements et d'inflation des loyers.

A Paris, la mairie envisage de réduire de moitié les nuités autorisées par logement, qui passeraient ainsi de 120 à 60 jours par an.

En France, le marché du voyage professionnel a totalisé 38,6 milliards de dollars (32,6 milliards d'euros) en 2016, en hausse de 4,1% par rapport à 2015. Il devrait progresser de plus de 8% par an entre 2017 et 2021, selon les chiffres de Global Business Travel Association (GTA).

(Edité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant