AirAsia-Deux objets de grande dimension repérés en mer de Java

le
0

* Des submersibles télécommandés en action * Les vols d'AirAsia entre Surabaya et Singapour suspendus * La compagnie ne pouvait effectuer ce vol le dimanche * Enquête sur tous les horaires d'Indonesia AirAsia * Trente corps retrouvés jusqu'ici par Chris Nusatya et Cindy Silviana DJAKARTA/PANGKALAN BUN, Indonésie, 3 janvier (Reuters) - Les secours ont repéré deux objets de grande dimension en mer de Java où un Airbus A320-200 d'AirAsia s'est abîmé dimanche dernier avec 162 personnes à son bord, alors qu'il devait assurer le vol QZ8501 entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour. Ces deux objets, localisés hier juste avant minuit, gisent par 30 mètres de fond. Le premier mesure 9,4 mètres de long sur 4,8 mètres de large, le second 7,2 mètres sur 50 centimètres, a précisé le chef de l'agence indonésienne de recherches et de secours, Fransiskus Bambang Soelistyo. L'agence de coordination des recherches utilise des submersibles télécommandés (ROV) pour tenter d'obtenir des images de ces deux pièces et confirmer qu'il s'agit bien de débris de l'appareil mais le mauvais temps complique les opérations. Des plongeurs de la marine indonésienne attendent une accalmie pour descendre inspecter les fonds sous-marins, dans le nord de la mer de Java, près du détroit de Karimata. Le ministère indonésien des Transports a annoncé samedi qu'il allait enquêter à partir de lundi sur tous les horaires des vols de la compagnie Indonesia AirAsia AIRA.KL . Vendredi, le ministère a suspendu les vols de cette compagnie entre Surabaya et Singapour. En effet, aux termes de sa licence, Indonesia AirAsia n'était autorisée à effectuer des vols dans ce couloir aérien que quatre jours en semaine mais pas le dimanche, lorsque l'accident s'est produit. SUSPENSION "A compter du 2 janvier 2015, la licence d'Indonesia AirAsia pour la liaison Surabaya-Singapour (et retour) est suspendue le temps de l'enquête", a dit Julius Adravida Barata, porte-parole du ministère des Transports. "Nous allons enquêter sur tous les horaires des vols d'AirAsia", a déclaré pour sa part Djoko Muratmodjo, directeur général du transport aérien au ministère. "On peut commencer dès lundi. On ne se penchera pas sur les licences, juste sur les horaires." "Nous allons aussi enquêter pour savoir qui a autorisé AirAsia à effectuer ce vol ce jour-là", a-t-il dit. "Il pourrait être possible d'annuler la licence d'AirAsia en Indonésie", a-t-il ajouté, précisant bien qu'il ne s'agissait là que d'une éventualité. Sunu Widyatmoko, directeur général d'Indonesia AirAsia, filiale indonésienne de la compagnie malaisienne AirAsia, a déclaré que sa société coopérerait avec le gouvernement pour faire avancer l'enquête. Depuis le début des recherches, auxquelles participent des experts du Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA), trente corps ont été repêchés dans le secteur du nord de la mer de Java où l'avion s'est abîmé, dont 21 pour la seule journée de vendredi, ainsi que des débris arrachés à l'appareil, parmi lesquels un toboggan d'évacuation. PAS DE SIGNAL DES BOÎTES NOIRES Deux des corps retrouvés étaient encore attachés par leur ceinture de sécurité à leur siège. Aucun signal des boîtes noires n'a été détecté pour l'instant. Huit navires opèrent samedi dans la zone de recherche, un secteur de 45 milles nautiques par 35 situé non loin de Pangkalan Bun, sur la côte sud de l'île de Bornéo. A bord de l'Airbus se trouvaient 155 Indonésiens, trois Coréens du Sud, un Malaisien, un Singapourien, un Britannique et un Français, le copilote. L'hypothèse sur laquelle travaillent les enquêteurs est que l'appareil a pu connaître une avarie grave alors qu'il était en phase d'ascension rapide pour éviter un gros orage, 40 minutes environ après son décollage. Selon une source proche de l'enquête, des données radar suggèrent que l'avion aurait suivi une trajectoire beaucoup trop pentue, peut-être au-delà de ses limites. L'appareil volait à 32.000 pieds (9.750 mètres) et avait demandé à monter à 38.000 pour éviter un gros orage, avant que le contact ne soit rompu. Lorsque, quelques minutes plus tard, les aiguilleurs du ciel l'ont autorisé à grimper à 34.000 pieds, ils n'ont reçu aucune réponse. Le commandant de bord indonésien, ancien pilote de l'armée de l'air, avait 6.100 heures de vol à son actif sur un Airbus A320, et l'appareil avait subi une maintenance à la mi-novembre, selon la compagnie Indonesia AirAsia. (Avec Fergus Jensen, Kanupriya Kapoor, Michael Taylor, Adriana Nina Kusuma, Charlotte Greenfield, Nilufar Rizki et Nicholas Owen; Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant