Air toxique: les enfants en danger

le , mis à jour à 09:30
0
Air toxique: les enfants en danger
Air toxique: les enfants en danger

Particules fines des pots d'échappement, fumées noires des usines de charbon, poussières des incinérateurs... près de 300 millions d'enfants dans le monde, soit un sur sept, respirent de l'air toxique parce qu'ils vivent dans une région où le niveau de contamination de l'air dépasse d'au moins six fois les normes internationales. C'est ce que révèle un rapport dévoilé hier par l'Unicef. A la veille de la COP22, la 22e conférence climatique de l'ONU qui débute au Maroc lundi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance appelle les pays à « minimiser l'exposition des enfants ». Notamment en évitant d'installer des usines près des écoles et des terrains de jeu.

 

« La pollution de l'air contribue grandement au décès de quelque 600 000 enfants de moins de 5 ans chaque année, constate le directeur général de l'Unicef, Anthony Lake. Les matières polluantes ne se contentent pas d'endommager les poumons des enfants, elles peuvent aussi [...] endommager définitivement leur cerveau en développement. »

 

L'Unicef estime qu'environ deux milliards d'enfants vivent dans des régions où la pollution dépasse le seuil minimal de qualité de l'air fixé par l'OMS. L'Asie du Sud-Est et l'Afrique sont les zones où les enfants sont le plus exposés à une atmosphère viciée.

 

Troisième cause de mortalité en France

 

« La pollution de l'air est désormais la troisième cause de mortalité en France, affirme Lorelei Limousin, du Réseau action climat. Le nombre de cas d'asthme y a doublé en dix ans et touche environ 10 % des enfants. » Or, ils sont bien plus sensibles que les adultes à la pollution. « Leurs poumons, leur cerveau et leur système immunitaire sont en développement et leurs voies respiratoires sont plus perméables, précise l'Unicef. Les jeunes enfants respirent plus vite que les adultes et aspirent plus d'air relativement à leur masse corporelle. »

 

Des arbres pour un air plus pur

 

On ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant