Air Liquide présente un nouveau plan stratégique à cinq ans

le
1
NOUVEAU PLAN STRATÉGIQUE POUR AIR LIQUIDE
NOUVEAU PLAN STRATÉGIQUE POUR AIR LIQUIDE

PARIS (Reuters) - Air Liquide a présenté mercredi un nouveau plan stratégique à cinq ans en phase avec la nouvelle dimension prise par le groupe après l'acquisition de l'américain Airgas pour 13,4 milliards de dollars (12 milliards d'euros).

Dans le cadre de ce plan 2016-2020, baptisé Neos, le spécialiste des gaz industriels vise une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires de 6 à 8% incluant un effet périmètre lié à la consolidation d'Airgas et correspondant à 2%.

Cet objectif est moins ambitieux que celui de 8 à 10% par an que le groupe s'était fixé dans le cadre de son plan précédent, Alma.

Air Liquide a bouclé son exercice 2015, dernière année du plan Alma, sur un chiffre d'affaires de 16.380 millions d'euros (+6,7% à données publiées et +3,3% en comparable).

Le plan Neos prévoit des réductions de coûts de plus de 300 millions d'euros en moyenne par an, les synergies d'Airgas devant en outre dépasser 300 millions de dollars (272 millions d'euros environ).

Sur la durée du plan Alma, Air Liquide a économisé 1,3 milliard d'euros, plus que le milliard prévu.

Air Liquide vise en outre une rentabilité des capitaux employés (ROCE) supérieure à 10% "dans 5 à 6 ans", contre 10,3% en 2015, et indique que le maintien de sa notation S&P dans la catégorie "A" "reste une priorité".

"Le groupe est bien positionné pour être performant dans différents types d'environnements économiques et tirer parti des tendances de fond et de long terme que sont la transition énergétique et environnementale, l'évolution du monde de la santé et la transformation numérique", a commenté Benoît Potier, le PDG d'Air Liquide, cité dans un communiqué.

(Noëlle Mennella, édité par Benjamin Mallet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alainb57 il y a 5 mois

    Quand on voit le cours de bourse ces dernières semaines, on a du mal à croire que la société arrive à convaincre les actionnaires.