Air France reprend son offensive judiciaire contre le SNPL

le
0
AIR FRANCE REPREND SON OFFENSIVE JUDICIAIRE CONTRE LE SNPL
AIR FRANCE REPREND SON OFFENSIVE JUDICIAIRE CONTRE LE SNPL

PARIS (Reuters) - Air France a assigné jeudi le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) devant le tribunal de grande instance de Bobigny, après avoir retiré début août ses propositions faites aux pilotes pour solder le plan de restructuration Transform.

La compagnie avait attaqué le SNPL en référé mi-juin pour inciter le syndicat à accélérer les négociations sur Transform, mais le TGI de Bobigny s'était déclaré début juillet incompétent.

Cette procédure statuant au fond, qui fera l'objet d'une audience le 17 septembre au TGI de Bobigny, marque une nouvelle étape dans la reprise des tensions entre Air France et le syndicat majoritaire de pilotes.

"C'est incompréhensible qu'une direction doive aller en justice pour savoir ce que veut dire un accord négocié avec un syndicat", s'est étonné le porte-parole du SNPL.

Air France et le syndicat avaient terminé le 22 juillet les dernières négociations sur Transform 2015, censé déjà être bouclé, et pouvoir s'attaquer au plan suivant, Perform 2020, sur lequel les négociations entre direction et personnels sont prévues en septembre.

Mais le SNPL a ensuite décidé de consulter ses pilotes sur l'accord, puis a repoussé du 7 au 18 août la fin de ce référendum afin de porter le taux de participation de 35% à un niveau de plus de 50% - qui est désormais atteint, selon le porte-parole du syndicat.

"Cette consultation ne porte que sur certains aspects de l'accord qui est indivisible", a argué une porte-parole d'Air France pour expliquer l'irritation de la compagnie face au SNPL, déjà à l'origine d'une grève de 15 jours en septembre 2014.

Le conseil du SNPL avait mandaté le 9 juillet son président pour négocier les derniers points de Transform 2015 portant sur la rémunération des heures de nuit, l'évolution générale des salaires et la composition des équipages.

Malgré ce regain de tensions, le porte-parole du SNPL a réaffirmé qu'une nouvelle grève n'était pas "dans l'air du temps".

Les relations avaient semblé s'apaiser en juillet entre la direction et les pilotes, avec la signature coup sur coup de deux accords.

Le premier portait sur le maintien des navigants, dont les pilotes, sur les trois bases de province (Nice, Marseille et Toulouse) qui avaient été lancées par l'ancienne direction en 2011 et se sont soldées par un échec commercial.

Le deuxième a permis de fixer les conditions du transfert d'une centaine de pilotes vers de nouveaux avions après la sortie des derniers Boeing 747 de la flotte d'Air France prévue d'ici 2016.

Air France-KLM, déplorant l'absence d'amélioration de ses performances, a annoncé le 24 juillet des résultats opérationnels en recul et une hausse de ses capacités deux fois moindre que prévu sur l'année.

(Cyril Altmeyer, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant