Air France renonce à son plan de croissance du long-courrier

le , mis à jour à 22:15
0
 (Dans le 3e paragraphe, prière de lire DRH au lieu de directeur 
financier) 
    PARIS, 3 mai (Reuters) - Air France  AIRF.PA  a annoncé 
mardi renoncer à son projet d'augmentation de 10% de sa flotte 
long-courrier d'ici 2020, en l'absence d'un accord avec ses 
pilotes, se contentant pour l'instant de prendre réception de 
ses premiers 787 de Boeing  BA.N . 
    La compagnie aérienne tourne ainsi le dos aux propositions 
faites il y a moins de quatre mois, dans une volonté 
d'apaisement avec ses pilotes avec lesquels ses relations sont 
tendues depuis la grève dure de septembre 2014 contre un plan 
avorté de développement de sa compagnie à bas coûts, Transavia, 
hors de France. 
    A peine arrivé en fonctions, le nouveau directeur des 
ressources humaines d'Air France, Gilles Gateau, avait annoncé 
mi-janvier que la flotte long-courrier rattraperait en 2019 son 
niveau de 2014, refermant la parenthèse de son "plan B" de 
l'automne dernier qui prévoyait au contraire un recul de son 
activité.   
    Mais ces propositions étaient conditionnées à un accord que 
le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire, a 
refusé de signer avant la date butoir fixée lundi, dénonçant une 
remise en cause de ses règles de rémunération.  
    La direction, elle, souhaitait que les pilotes renoncent à 
une partie des hausses de salaires liées à l'augmentation prévue 
de leurs heures de vol afin d'aider à améliorer la compétitivité 
de la compagnie, voulant ainsi imiter les compagnies allemande 
Lufthansa  LHAG.DE  ou néerlandaise KLM.   
    "Le niveau de croissance et d'activité qui était proposé 
dans le projet d'accord (+10% en long courrier d'ici 2020) 
n'engage plus l'entreprise aujourd'hui car cet accord est 
maintenant caduc", a déclaré Gilles Gateau lors d'une conférence 
téléphonique. 
    Air France avait prévu de faire passer sa flotte 
long-courrier de 104 avions en 2017 à 107 en 2019, soit un 
niveau qui restait néanmoins inchangé par rapport à celui de 
2014, avant d'atteindre 109 appareils en 2020. 
    "En revanche, on n'est pas dans le retour au plan B. Il y a 
une volonté d'aller de l'avant en termes de croissance", a 
ajouté l'ex-directeur de cabinet de Manuel Valls à l'issue du 
conseil d'administration sur les comptes trimestriels d'Air 
France-KLM, dont l'Etat français détient 17,6% du capital. 
    En attendant de retourner à la table des négociations avec 
ses pilotes, Air France compte sur les économies d'exploitation 
de ses nouveaux 787, moins gourmands en carburant que ses 
anciens A340. 
     
    ARRIVÉE DES 787 A PARTIR DE L'AUTOMNE 
    La compagnie réceptionnera son premier Boeing 787 à 
l'automne, pour une mise en service en janvier 2017, et recevra 
en avril 2017 le deuxième qu'elle commencera à exploiter au 
cours de l'été. Puis elle en intègrera quatre autres dans sa 
flotte jusqu'en avril 2018. 
    L'absence d'accord avec les pilotes s'accompagne d'une autre 
mesure collatérale : l'application à partir du 1er juin des 
ultimes mesures du plan "Transform 2015" qui n'était pas encore 
soldé pour les pilotes, au contraire des personnels au sol et 
des hôtesses et stewards. 
    Air France espère économiser 20 à 30 millions d'euros par 
an, en réduisant la rémunération des heures de vol de ses 
pilotes, notamment en ramenant la majoration des heures de nuit 
de 50% à 40%, a précisé Gilles Gateau. 
    Il a dit s'attendre à une contestation "sur le terrain 
juridique" de cette décision par les pilotes, comme cela avait 
déjà été le cas l'an passé. 
    Le SNPL, qui n'était pas immédiatement disponible pour 
commenter, avait accusé le 21 avril la direction d'Air France 
d'avoir retrouvé ses "vieux démons" en mettant sur la table un 
projet d'accord impossible à signer en l'état.   
    Air France-KLM a annoncé dimanche soir le maintien de 
Frédéric Gagey à la tête d'Air France, confirmant une 
information de Reuters.  NL5N17Y0RN  
    Le groupe franco-néerlandais a apporté cette précision à 
l'occasion de l'annonce de la nomination de Jean-Marc Janaillac, 
le patron du spécialiste du transport multimodal Transdev, pour 
succéder d'ici au 31 juillet à Alexandre de Juniac au poste de 
PDG.       
    Des observateurs avaient estimé que le sort même de Frédéric 
Gagey, qui a peiné à gérer les relations tumultueuses d'Air 
France avec ses pilotes, pourrait se trouver remis en question, 
avançant le nom de Lionel Guérin, le patron de Hop! Air France, 
le pôle domestique de la compagnie, comme successeur potentiel. 
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Juliette Rouillon) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant