Air France propose de suspendre le projet Transavia Europe

le
4
AIR FRANCE PROPOSE DE SUSPENDRE LA CRÉATION DE TRANSAVIA EUROPE
AIR FRANCE PROPOSE DE SUSPENDRE LA CRÉATION DE TRANSAVIA EUROPE

PARIS (Reuters) - Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, annonce qu'il a proposé lundi de suspendre jusqu'en décembre la création de Transavia Europe, son projet de filiale low cost qui a provoqué une grève des pilotes d'Air France.

Il s'agit, dit-il dans Le Monde, d'une "ultime" proposition pour mettre fin au mouvement entamé le 15 septembre mais il conditionne son offre à l'augmentation, de 14 à 37, du nombre d'avions de la flotte de Transavia France.

Si les pilotes refusent cette proposition, ajoute-t-il, "nous serons contraints de dénoncer l'accord de création de Transavia France actuellement en vigueur".

Les pilotes protestent contre la stratégie de développement de la filiale à bas coûts, notamment contre l'ouverture de trois nouvelles "bases" en dehors de la France et des Pays-Bas l'an prochain, et réclament un contrat de travail unique quelle que soit la compagnie.

"La grève nous coûte de 15 à 20 millions d'euros par jour. Avec ce que l'on a déjà perdu, on aurait pu acheter quatre avions moyen-courriers. Il est urgent d'en sortir", dit Alexandre de Juniac dans Le Monde.

"Nous proposons de suspendre jusqu'à la fin de l'année le projet de création de filiales de Transavia en Europe, hors France et Pays-Bas", ajoute-t-il. "Le temps de mener un dialogue approfondi sur le projet et de construire avec les syndicats les garanties nécessaires."

En contrepartie, le quasi-triplement de la flotte de Transavia France sur trois ans, qui permettrait selon lui la création de 1.000 emplois en France, dont 250 pilotes, lui paraît essentiel pour construire une low cost européenne.

"Cela veut dire reconnaître au low cost ses spécificités: une flotte homogène, des coûts rigoureusement sous contrôle (y compris les coûts pilotes), une organisation agile et réactive", explique Alexandre de Juniac.

"L'exigence des syndicats de bénéficier sur le réseau Transavia des conditions d'Air France et de remplacer les 44 Boeing 737 existants par des Airbus 320 conduirait Transavia à l'échec", insiste-t-il.

Les représentants des syndicats de pilotes étaient injoignables lundi matin pour répondre à cette proposition.

Le mouvement de grève est entré lundi dans sa deuxième semaine et la direction prévoit d'assurer 41% des vols lundi, avec un pourcentage de grévistes qui s'établit à 65%.

Le Premier ministre, Manuel Valls, avait appelé jeudi les pilotes à cesser cette grève qui pèse "lourdement" sur la compagnie et sur l'attractivité de la France.

(Yves Clarisse, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C.Pied le lundi 22 sept 2014 à 12:55

    Quelle honte de céder face à des nantis!

  • M4888303 le lundi 22 sept 2014 à 11:52

    Réquisition ! c'est tout ce qu'ils méritent.

  • ccoudra2 le lundi 22 sept 2014 à 11:49

    Je me demande combien de neurones ont les pilotes d'air France. Comment peuvent-ils demander les mêmes salaires dans une compagne normale et dans une compagne low cost.... C'est tout simplement ce n'est pas possible, et le moins intelligent parmi nous l'a déjà compris depuis très longtemps, mais pas les pilotes d'air France. Ces égoïstes à outrance n'ont rien à ficher de leur compagne qui les paye grassement (plus de 15 000 euros/mois) depuis des années.

  • mipolod le lundi 22 sept 2014 à 11:45

    ça y est ! Air France a perdu contre les syndicats ! Une honte !