Air France pourrait surtaxer les billets achetés via des comparateurs de prix

le
0

Alors que la compagnie Lufthansa imposera dès le 1er septembre une surtaxe de 16 euros pour tous les billets réservés sur d'autres sites que les siens, le PDG d'Air France semble vouloir suivre le même exemple. Les agences de voyages montent au créneau.

La guerre des prix reprend de plus belle. Si vous passez des heures sur les sites des comparateurs de prix pour dénicher LA promotion ou les prix les plus bas, cela pourrait bientôt devenir inefficace pour les billets Air France-KLM. Présent à une réunion de l'Association internationale du transport aérien (IATA) à Miami, le PDG de la compagnie Alexandre de Juniac a annoncé qu'il envisageait d'imposer une surtaxe aux clients qui achètent leurs billets via des sites de comparateurs de prix. «C'est une question absolument clé pour nous. Nous évaluons cette option», a-t-il précisé. La compagnie française pourrait donc suivre l'exemple de son concurrent allemand Lufthansa. La compagnie allemande a décidé d'imposer, à partir du 1er septembre, un supplément de 16 euros sur les réservations effectuées par l'intermédiaires d'autres sites internet que les siens et ceux de ses filiales comme Austrian et Swiss Airlines.

Le but? Inciter les clients à utiliser son propre site de réservation. Les deux tiers des billets de la compagnie sont aujourd'hui réservés par l'intermédiaire des GDS, Global distribution system ou système de réservation centralisé, a indiqué Lufthansa. Le PDG d'Air France -KLM a lui aussi confirmé que la majorité des revenus du groupe provenait des achats effectués via les sites des comparateurs. Ramener les clients vers leurs sites permettrait aux compagnies de faire beaucoup d'économies. Chaque réservation effectuée via un GDS coûte 4 euros par vol à Lufthansa, alors qu' un billet acheté en direct sur ses sites ne lui coûte pratiquement rien, précise Les Echos.

Mais la décision est jugée «arbitraire», «contre-productive» et «préjudiciables aux agences, à leurs clients et in fine aux compagnies qui l'appliqueront», par le Syndicat national des agences de voyages (Snav). «Le groupe Lufthansa prend en otage et pénalise les voyageurs en les privant de la possibilité de comparer les prix avec les compagnies concurrentes et de bénéficier de la part des agences de voyages d'une offre neutre, explique le Snav à l'AFP. La décision de Lufthansa est une entrave à l'accès transparent aux tarifs». Le syndicat ne compte d'ailleurs pas attendre sans rien faire. «La conséquence sera une forte baisse de la préconisation par les agences de voyages et une perte de parts de marché vis-à-vis de leurs concurrents». Air France -KLM est prévenue.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant