Air France : le PDG menace de créer une nouvelle compagnie à bas coûts

le
4
Air France : le PDG menace de créer une nouvelle compagnie à bas coûts
Air France : le PDG menace de créer une nouvelle compagnie à bas coûts

Le bras de fer se poursuit entre la direction et les pilotes d'Air France. Dans un entretien au «Journal du Dimanche», le PDG d'Air France/KLM, Alexandre de Juniac, menace de créer une nouvelle compagnie à bas coût si ces derniers refusent de signer l'accord qui ouvre la voie au développement de Transavia. Un refus qui s'est traduit par une grève historique qui a cloué au sol les avions d'Air France du 15 au 28 septembre.

Les pilotes d'Air France, dont le mouvement restera marqué dans les annales de l'histoire de la compagnie pour sa longueur, risquent bien d'avoir fait grève pour rien - aucun accord n'avait été trouvé - voir pour pire. Car s'ils refusent de signer les propositions de la direction, Alexandre Juniac persiste : «Nous créerons une compagnie s½ur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l'activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent» déclare-t-il au JDD.  

Ce plan B, la direction devait à priori le présenter la semaine dernière à tous les syndicats d'Air France, pas seulement ceux des pilotes, lors d'une réunion qui a finalement été annulée au dernier moment. Jeudi, la CGT d'Air France avait dénoncé cette éventualité la qualifiant de «véritable chantage» de la direction.

Le projet de la direction est de se positionner sur le marché du low cost,«seul marché en croissance» du secteur de l'aviation selon Juniac. «En Europe, le low cost représente aujourd'hui près de 50% du trafic. Sur le segment des prix bas avec un service de qualité, Transavia peut devenir un des grands d'Europe», estime-t-il.

Une grève à 500 millions d'euros

Toujours est-il que la grève des pilotes a coûté 500 millions d'euros à la compagnie qui était partie pour faire des bénéfices. «La grève nous a coûté 20 millions d'euros pas jour, auxquels s'ajoutent des dédommagements, les achats de billets parfois au prix fort ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tibetain le dimanche 12 oct 2014 à 14:54

    Fais c'est pas mal mais fais séparer toutes les activités de l'ex eads et on est heureux nous les hommes de paix quand tout est trop bien préparé pour nous déplaire...Le temps faisant les paris je fais mon propos pour 2025.

  • M6695204 le dimanche 12 oct 2014 à 09:30

    Les salaires en France ne sont et n'ont jamais été à bas coût.Sauf pour une minorité de catégorie du collège ouvrier.Par exp.les ouvriers de Gad.et encore.Ni sncf ni sncm ni air France ni à la poste,etc...

  • grinchu1 le dimanche 12 oct 2014 à 09:13

    il serait temps :la quasi totalité de ce secteur est aux mains de l'étranger...

  • idem12 le dimanche 12 oct 2014 à 09:05

    bientôt tout bas à bas coût...même nos salaires...