Air France : le moyen courrier toujours en zone de turbulence

le
0
Air France : le moyen courrier toujours en zone de turbulence
Air France : le moyen courrier toujours en zone de turbulence

Air France n'en a pas terminé avec les difficultés, alors que le premier syndicat de pilotes à Air France (SNPL) appelle à une semaine de grève à compter du 15 septembre, et que la direction doit dévoiler le 11 septembre son nouveau plan stratégique «Perform 2020». «Cette année, nous prévoyons que les pertes du moyen-long courrier seront divisées par deux par rapport à 2012. Elle devraient être de l'ordre de 120 millions d'euros», annonce ainsi son PDG Frédéric Gagey, dans un entretien au Figaro.

Dans les grandes lignes, le futur plan doit pour permettre prévoit de redistribuer à sa filiale Hop ! certaines lignes desservies aujourd'hui par Air France, et compte développer le low cost grâce à Transavia sur les dessertes européennes. Et c'est là que le bât blesse avec les pilotes. «Derrière les revendications du SNPL se pose en fait la question du développement de Transavia, la compagnie low-cost du groupe Air France», reconnaît Frédéric Gagey.

«Dès la naissance de cette filiale, en 2007, une négocation s'est engagée avec les pilotes pour accompagner la croissance de cette compagnie jusqu'à ce qu'elle atteigne 14 appareils. C'est le cas aujourd'hui. Nous devons préparer la prochaine saison d'été de Transavia, qui verra entrer cinq nouveaux appareils dans la flotte. Pour cela, nous devons trouver un accord avec les pilotes, poursuit le PDG d'Air France. Le développement de Transavia n'est pas de l'externalisation. Il ne se fait pas aux dépens du moyen-courrier d'Air France. C'est un nouveau segment que nous voulons capturer face à nos concurrents, les low costs, qui se développent à toute vitesse.»

Pour le SNPL, les conditions de travail pour les pilotes chez Transavia n'ont rien a voir avec celles d'Air France : remise en cause de la règle de 13 jours de vol par mois d'activité, menace sur les congés d'été... Le SNPL demande la création d'un groupe d'une centaine de pilotes capables d'intervenir sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant