Air France, la stratégie et l'emploi au c?ur du CCE

le
0
Pour l'été 2017, sans l?arrivée de nouveaux avions, le sureffectif chez Air France est estimé à 890 hôtesses et stewards et 280 pilotes.
Pour l'été 2017, sans l?arrivée de nouveaux avions, le sureffectif chez Air France est estimé à 890 hôtesses et stewards et 280 pilotes.

Comme les précédentes réunions, depuis celle pour le moins houleuse du 5 octobre où deux cadres avaient eu leurs chemises arrachées, le comité central d'entreprise d'Air France ne se tient plus à Roissy-Charles-de-Gaulle, mais dans une salle discrète du 12e arrondissement de Paris. La réunion de vendredi 4 décembre, conduite par Xavier Broseta, directeur-général adjoint ressources humaines et politique sociale d'Air France, qui avait été malmené le 5 octobre, comportait un point unique à l'ordre du jour : la consultation de l'entreprise sur sa stratégie avec ses conséquences en termes de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences). Le conseil d'administration de la compagnie pourra alors l'avaliser le 15 décembre. Le cabinet Secafi, spécialiste du conseil auprès des CE, qui intervient pour auditer les projets, révèle que « ne rien faire n'est pas une option » pour la stratégie de l'entreprise. C'était en effet une préconisation de quelques syndicats à la suite des résultats d'Air France, redevenus récemment bénéficiaires, ce qui semblerait ne plus justifier un plan social. Secafi demande un peu de délai pour rendre sa deuxième expertise, demandée à la suite du droit d'alerte et attendue mi-janvier. Objectif : jeter un regard nouveau sur les chiffres de la compagnie, les salaires, les temps de travail, etc.

La croissance aussi dans le low-cost

Pour la direction d'Air France le plan A, son préféré,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant