Air France-KLM redoute une concurrence exacerbée en 2016

le , mis à jour à 09:37
0
    * Bénéfice d'exploitation 816 mlns en 2015, consensus 544 
mlns 
    * Nette amélioration du REX au T4 malgré les attentats de 
Paris 
    * C.A. 26,059 mds en 2015, consensus 25,795 mds 
    * La facture pétrolière pourrait encore baisser de $2 mds en 
2016 
    * Les coûts unitaires attendus en recul de 0,8%-1,2% en 2016 
 
    par Cyril Altmeyer 
    PARIS, 18 février (Reuters) - Air France-KLM  AIRF.PA , qui 
a renoué avec un bénéfice d'exploitation en 2015, anticipe que 
la probable baisse des prix des billets liée à la concurrence 
accrue entamera en 2016 les gains tirés des prix plus abordables 
du carburant. 
    Le groupe franco-néerlandais s'est refusé jeudi à tout 
objectif de résultats pour 2016 autre que l'assurance de 
conserver un bénéfice d'exploitation. 
    Air France-KLM prévoit de baisser sont coût unitaire entre 
0,8% et 1,2% en 2016, après un recul de 0,6% à données 
comparables l'an passé, et de dégager cette année un cash-flow 
libre d'exploitation après cession compris entre 0,6 et 1,0 
milliard d'euros.  
    "Mais la question à 500 millions d'euros, voire plus, c'est 
combien nous serons capables de conserver dans la baisse de la 
facture carburant", a expliqué le directeur financier 
Pierre-François Riolacci à des journalistes. 
    En 2015, Air France-KLM a économisé environ trois milliards 
de dollars en kérosène. Mais une fois soustraits les impacts des 
couvertures mises en place avant la chute des cours et de 
l'appréciation de l'euro, il n'est plus resté au groupe qu'un 
gain de 450 millions d'euros. 
    En 2016, sur la base des cours actuels, Air France-KLM 
pourrait économiser autant que l'an passé, soit environ deux 
milliards de dollars après effets de couverture, a ajouté le 
directeur financier. 
    Mais dans un marché ultra-compétitif où les capacités 
excèdent la demande, en particulier en Asie, le groupe devrait 
être à nouveau confronté à de fortes pressions sur ses recettes 
unitaires, qui se traduirait par une nouvelle baisse des prix 
des billets d'avion, a souligné Pierre-François Riolacci. 
    "Cette inconnue-là est très forte, elle porte sur plusieurs 
centaines de millions" d'euros, a ajouté le directeur financier 
pour expliquer l'absence de prévisions sur ses résultats 
opérationnels cette année. 
    En 2015, Air France-KLM a redressé son résultat 
d'exploitation, amené à un bénéfice de 816 millions contre une 
perte de 129 millions en 2014, avec une nette amélioration au 
quatrième trimestre malgré l'impact des attentats de Paris. 
    C'est bien plus que les 544 millions attendus en moyenne par 
les analystes, selon le consensus réalisé par Inquiry Financial 
pour Reuters. 
    Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 4,6% à 26,059 
milliards d'euros, là aussi au-dessus des attentes (25,795 
milliards).    
     
    NÉGOCIATIONS AVEC LES PILOTES À PARTIR DE MARS  
    Air France, adoptant une approche plus consensuelle avec les 
syndicats après deux années de tourmente, compte démarrer des 
"négociations officielles" en mars avec les pilotes, a précisé 
de son côté le PDG d'Air France-KLM Alexandre de Juniac. 
    Les négociations avec les hôtesses et stewards, dont 
l'accord collectif prend fin en octobre prochain, sont espérées 
à partir du courant du printemps, tandis qu'un accord avec le 
personnel au sol a été signé fin janvier. 
    Dans ce cadre, Air France a indiqué mercredi à Reuters 
qu'elle présenterait la semaine prochaine deux plans de départs 
volontaires (l'un pour le personnel au sol, l'autre pour les 
hôtesses et stewards) lors du comité central d'entreprise les 25 
et 26 février. 
    Selon deux sources syndicales, 1.400 postes pourraient être 
supprimés, pour l'essentiel au sol, un chiffre que la direction 
n'a pas confirmé.   
    La compagnie, qui avait communiqué sur un millier de 
suppressions de postes en 2016, a annoncé le 15 janvier que sa 
flotte long-courrier rattraperait en 2019 son niveau de 2014, 
refermant la parenthèse de son "plan B" de l'automne dernier qui 
prévoyait au contraire un recul de son activité.   
    L'intersyndicale d'Air France, regroupant la plupart des 
syndicats à l'exception des deux plus représentatifs, la CFDT et 
la CFE-CGC, se réunit ce jeudi matin. Elle avait menacé fin 
janvier d'"actions" si elle n'obtenait pas une augmentation de 
la flotte et des garanties sur son entretien en interne dans les 
années à venir.     
     
    Le communiqué :  
    http://bit.ly/20FBTTV  
    La présentation :  
    http://bit.ly/1oLHSuk   
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
     * Bénéfice d'exploitation 816 mlns en 2015, consensus 544 
mlns 
    * Nette amélioration du REX au T4 malgré les attentats de 
Paris 
    * C.A. 26,059 mds en 2015, consensus 25,795 mds 
    * La facture pétrolière pourrait encore baisser de $2 mds en 
2016 
    * Les coûts unitaires attendus en recul de 0,8%-1,2% en 2016 
 
 (Actualisé avec cours, analyste) 
    par Cyril Altmeyer 
    PARIS, 18 février (Reuters) - Air France-KLM  AIRF.PA  se 
distingue en Bourse jeudi après des résultats 2015 largement 
supérieurs aux attentes, mais estime que la probable baisse des 
prix des billets liée à la concurrence accrue entamera en 2016 
les gains tirés des prix plus abordables du carburant. 
    Le groupe franco-néerlandais, qui s'est refusé à tout 
objectif de résultats pour 2016 autre que l'assurance de 
conserver un bénéfice d'exploitation, domine l'indice SBF 120 
 .SBF120 , avec un bond de 6,78% à 7,946 euros à 9h25, portant 
sa hausse depuis le début de l'année à 13,3%. 
    Gerald Khoo, analyste chez Liberum, reconnaît la dynamique 
encourageante des résultats et ne s'étonne pas de la réaction du 
titre en Bourse, mais pointe une marge opérationnelle encore 
faible (3,1% en 2015). 
    "Le rythme de l'amélioration reste modeste et la 
valorisation du titre peu attractive", estime dans une note 
l'analyste, qui reste à "vendre" sur la valeur avec un objectif 
de cours de cinq euros. 
    Pour cette année, Air France-KLM prévoit de baisser encore 
son coût unitaire de 0,8%-1,2% après un recul de 0,6% à données 
comparables l'an passé, et de dégager un cash-flow libre 
d'exploitation après cession compris entre 0,6 et 1,0 milliard 
d'euros.  
    "Mais la question à 500 millions d'euros, voire plus, c'est 
combien nous serons capables de conserver dans la baisse de la 
facture carburant", a expliqué le directeur financier 
Pierre-François Riolacci à des journalistes. 
    En 2015, Air France-KLM a économisé environ trois milliards 
de dollars en kérosène. Mais une fois soustraits les impacts des 
couvertures mises en place avant la chute des cours et de 
l'appréciation de l'euro, il n'est plus resté au groupe qu'un 
gain de 450 millions d'euros. 
    En 2016, sur la base des cours actuels, Air France-KLM 
pourrait économiser autant que l'an passé, soit environ deux 
milliards de dollars après effets de couverture, a ajouté le 
directeur financier. 
    Mais dans un marché ultra-compétitif où les capacités 
excèdent la demande, en particulier en Asie, le groupe devrait 
être à nouveau confronté à de fortes pressions sur ses recettes 
unitaires, qui se traduirait par une nouvelle baisse des prix 
des billets d'avion, a souligné Pierre-François Riolacci. 
    "Cette inconnue-là est très forte, elle porte sur plusieurs 
centaines de millions" d'euros, a ajouté le directeur financier 
pour expliquer l'absence de prévisions sur ses résultats 
opérationnels cette année. 
     
    NÉGOCIATIONS AVEC LES PILOTES À PARTIR DE MARS  
    En 2015, Air France-KLM a redressé son résultat 
d'exploitation, amené à un bénéfice de 816 millions contre une 
perte de 129 millions en 2014, avec une nette amélioration au 
quatrième trimestre malgré l'impact des attentats de Paris. 
    C'est bien plus que les 544 millions attendus en moyenne par 
les analystes, selon le consensus réalisé par Inquiry Financial 
pour Reuters. 
    Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 4,6% à 26,059 
milliards d'euros, là aussi au-dessus des attentes (25,795 
milliards).     
    Air France, adoptant une approche plus consensuelle avec les 
syndicats après deux années de tourmente, compte démarrer des 
"négociations officielles" en mars avec les pilotes, a précisé 
de son côté le PDG d'Air France-KLM Alexandre de Juniac. 
    Les négociations avec les hôtesses et stewards, dont 
l'accord collectif prend fin en octobre prochain, sont espérées 
à partir du courant du printemps, tandis qu'un accord avec le 
personnel au sol a été signé fin janvier. 
    Dans ce cadre, Air France a indiqué mercredi à Reuters 
qu'elle présenterait la semaine prochaine deux plans de départs 
volontaires (l'un pour le personnel au sol, l'autre pour les 
hôtesses et stewards) lors du comité central d'entreprise les 25 
et 26 février. 
    Selon deux sources syndicales, 1.400 postes pourraient être 
supprimés, pour l'essentiel au sol, un chiffre que la direction 
n'a pas confirmé.   
 
    Le communiqué :  
    http://bit.ly/20FBTTV  
    La présentation :  
    http://bit.ly/1oLHSuk   
 
 (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique 
Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant