Air France-KLM : deux syndicats dénoncent les retraites chapeaux des dirigeants

le
4
Air France-KLM : deux syndicats dénoncent les retraites chapeaux des dirigeants
Air France-KLM : deux syndicats dénoncent les retraites chapeaux des dirigeants

Le principe de la retraite chapeau continue de faire des vagues dans les grandes entreprises au lendemain du renoncement de Philippe Varin à son départ doré de chez PSA. Deux syndicats ont dénoncé jeudi les retraites chapeaux chez Air France-KLM, «aussi choquantes» pour les salariés du groupe en restructuration que pour ceux du groupe automobile PSA Peugeot Citroën. Ils réagissent à la polémique qui a amené le président du directoire de PSA Peugeot Citroën à renoncer à une retraite-chapeau de 21 millions d'euros.

Le Syndicat des pilotes d'Air France (Spaf) incrimine «les pratiques du groupe Air France-KLM» en matière de retraites chapeaux «tout aussi choquantes pour les salariés de la compagnie, en grande difficulté» que chez PSA Peugeot Citroën, dans un communiqué. De même, Sud Aérien dénonce «la retraite dorée» accordée à quelques hauts dirigeants chez Air France.

119 millions d'euros provisionnés pour 37 futurs retraités

Selon le Spaf, le groupe a «provisionné en moyenne près de 15 millions d'euros par an» depuis 2005 pour le régime dit «de retraite complémentaire», soit un total de près de 119 millions d'euros au bénéfice exclusif des retraites chapeaux de 37 cadres dirigeants». Mis en place par le groupe Air France-KLM en 2004, il garantit à certains dirigeants entre 35 et 40% de leur rémunération moyenne annuelle des trois dernières années.

Ce régime concerne au moins 37 dirigeants du groupe, à l'exclusion d'Alexandre de Juniac, PDG du transporteur franco-néerlandais pour lequel le bénéfice de ce régime a été rejeté lors d'un conseil d'administration en 2011, selon le syndicat. Pour le Spaf, les provisions «sont parfaitement disproportionnées au regard des difficultés de l'entreprise et des efforts consentis par ses salariés».

L'Etat interpellé

«Alors qu'Air France fait face à l'une des plus graves crises de son histoire, que près de 5000 emplois ont été supprimés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phil1050 le vendredi 29 nov 2013 à 07:46

    On oublit que l,etat fait la meme chose pour 100% des fonctionnaires... en plus avantageux, car retenu sur la base des 6 derniers mois

  • b.renie le vendredi 29 nov 2013 à 04:56

    La masse salariale comptabilisée au compte d'exploitation doit être commentée et discutée en Comité Central qui peut suivre son évolution n montant mais aussi en part du total des frais généraux que les recettes de l'entreprise doivent couvrir. Il convient alors de donner les informations obligatoires sur les dix plus fortes rémunérations versées par l'entreprise. on évite de la sorte des réactions intempestives comme celles d'aujourd'hui

  • Le_chino le vendredi 29 nov 2013 à 03:29

    Moi si je suis dirigeant, vu le climat en France concernant mon statut etc. Je me casse a l'etranger... Ah mais en fait c'est deja fait!!! (et je m'en porte pas plus mal)

  • s.thual le vendredi 29 nov 2013 à 01:34

    il n y a pas que les salaries qui peuvent etre choqués, mais aussi les petits actionnaires salariés ou individuels,,qui ont parfois etés tres mal conseillers dans l investissement pour leeur retraite par exemple!,ne sont valable ou acceptables les retraites ou bonus qu a ceux qui réussissent durant leur gestion!