Air France-KLM chute, le départ d'Alexandre de Juniac sanctionné

le
5
LE DÉPART DU PDG D'AIR FRANCE-KLM SANCTIONNÉ EN BOURSE
LE DÉPART DU PDG D'AIR FRANCE-KLM SANCTIONNÉ EN BOURSE

PARIS (Reuters) - Air France-KLM signe mercredi matin la plus forte baisse du SBF 120, plusieurs analystes jugeant surprenante l'annonce du départ de son PDG, alors que le groupe vient tout juste de redresser son résultat d'exploitation mais peine encore à négocier avec les pilotes d'Air France.

L'action du groupe franco-néerlandais chute de 5,73% à 7,70 euros vers 10h40, alors que le SBF 120 grappille 0,3%. Ce recul ramène sa capitalisation à 2,31 milliards d'euros et son rebond depuis le début de l'année à 9,7% (contre -7,7% pour l'indice).

Air France-KLM a annoncé mardi le départ en juillet de son PDG Alexandre de Juniac, à la tête de la société depuis 2013, qui prendra la direction de l'Association du Transport aérien international (Iata).

Dans une note, Crédit Suisse juge "regrettable" le calendrier de ce départ, considérant que cette annonce intervient alors que le groupe commence tout juste à établir un bilan de ses objectifs de rentabilité dans un contexte de négociations collectives difficiles.

De son côté, Jefferies, qui rappelle qu'Alexandre de Juniac était "très apprécié par les marchés" pour son plan de redressement de la société, souligne les difficultés qui s'annoncent pour son successeur, comme la stratégie à court terme de la compagnie, notamment concernant Transavia, et la gestion des conflits sociaux qui agitent la société.

Alexandre de Juniac a estimé mercredi, sur RTL, avoir atteint les objectifs qui lui avaient été assignés en arrivant à la tête de la société.

Air France-KLM a précisé mardi dans un communiqué avoir fait appel à un cabinet de recrutement international en vue de trouver un successeur à Alexandre de Juniac et qu'aucun nom n'était pressenti a priori, pas même celui du PDG d'Air France, Frédéric Gagey.

(Raphaël Bloch, édité par Cyril Altmeyer)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 8 mois

    Il ne veut pas y laisser sa chemise.

  • je.valle il y a 8 mois

    Il n'aurait jamais dû entrer là dedans.......Spineta avait miné le terrain en bon socialiste qu'il était....

  • Patio38 il y a 8 mois

    Tout à fait d'accord ! Considérons les benefices de 2015 comme un accident dans la vie de cette compagnie qui à l'instar de la SNCF ne pourra jamais être réformée; en particulier par la pression du SNPL chez les pilotes et co-pilotes et la CGT chez les autres categories de personnel. Mais, il reste de toute façàn le contribuable qui est toujours present pour éponger les dettes

  • jmlhomme il y a 8 mois

    Il est grand temps que ce groupe soit libéré de toute dépendance de l'ETAT pour le bien de ses clients et de ses actionnaires. Les roles de L'ETAT Ma fia vont s'éclaircir à ces Panama Papers

  • lorant21 il y a 8 mois

    AIrFrance n'est pas redressé: elle bénéficie de la baisse du pétrole. En cas de remontée, c'est la cata!