Air France-Grogne de l'intersyndicale, accord signé pour le sol

le , mis à jour à 17:57
0
    * L'intersyndicale réclame une augmentation de la flotte 
    * Les syndicats, dont le SNPL, menacent la direction 
d'"actions" 
    * CFE-CGC, CFDT et Unsa signent un accord pour le personnel 
au sol 
    * Pas de départ contraint jusqu'en juin 2018 
 
 (Actualisé avec communiqué d'Air France) 
    PARIS, 26 janvier (Reuters) - L'intersyndicale d'Air France 
a protesté mardi contre le plan présenté le 15 janvier par la 
compagnie, menaçant d'"actions" si elle n'obtenait pas une 
augmentation de la flotte et des garanties sur son entretien en 
interne dans les années à venir. 
    Air France, filiale du groupe Air France-KLM  AIRF.PA , 
s'est engagée le 15 janvier dernier à ce que sa flotte 
long-courrier rattrape en 2019 son niveau de 2014.    
  
    "En l'absence de réaction rapide de nos dirigeants, 
l'intersyndicale sera amenée à proposer aux salariés une série 
d'actions dans un délai extrêmement court", a déclaré 
l'intersyndicale dans un communiqué.  
    L'intersyndicale, qui dénonce "un plan de décroissance 
dissimulé par un ingénieux plan de communication", demande de 
nouveaux investissements dans la flotte au vu de l'amélioration 
des performances financières d'Air France grâce à la baisse des 
prix du pétrole. 
    Une porte-parole d'Air France s'est refusée à tout 
commentaire sur les deux sujets. 
    Parallèlement, Air France a annoncé la signature d'un accord 
qui écarte pour les personnels au sol tout départ contraint pour 
raison économique jusqu'au 30 juin 2018. 
    Trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et Unsa) représentant plus de 
50% des personnels au sol ont signé l'accord triennal de gestion 
prévisionnelle des emplois et des métiers (ATGPEM).  
    "Sa signature va permettre à l'ensemble des salariés au sol 
d'Air France de bénéficier jusqu'au 30 juin 2018 d'un engagement 
d'absence de tout départ contraint pour motif économique", a 
expliqué Air France. "Les salariés concernés par des 
redéploiements collectifs et qui souhaitent poursuivre leur 
carrière au sein de l'entreprise seront accompagnés dans une 
mobilité fonctionnelle et/ou géographique." 
    "Cet accord n'est pas un blanc-seing accordé à la direction 
d'Air France et la CFDT a déjà fait part de ses désaccords 
concernant (...) le chiffrage des soit-disant sureffectifs", a 
souligné la CFDT dans un communiqué. 
    L'intersyndicale d'Air France comprend la CGT, le SNPL, FO, 
Sud, l'Unsa-Aérien, l'Unac, le SNPNC, Alter, le Spaf, la CFTC et 
le SNPNC, mais pas la CFE-CGC et la CFDT. 
 
 (Cyril Altmeyer et Dominique Rodriguez, édité par Jean-Michel 
Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant