Air France : direction et syndicats examinent les 2800 suppressions de postes

le
1
Air France : direction et syndicats examinent les 2800 suppressions de postes
Air France : direction et syndicats examinent les 2800 suppressions de postes

Direction et représentants du personnel d'Air France entament vendredi l'examen détaillé des 2800 nouvelles suppressions de postes prévues dans le cadre de Transform 2015, vaste plan destiné à redresser le groupe franco-néerlandais Air France-KLM. Ils doivent regarder de près, lors d'un comité central d'entreprise, la répartition de ces nouvelles coupes entre les personnels (sol, pilotes, hôtesses et stewards) et les modalités de départs des salariés concernés (départs volontaires, départs naturels, temps partiels, congés sans solde).

Le sureffectif concerne environ 350 pilotes, 700 hôtesses et stewards et 1700 à 1800 personnels au sol, selon les éléments contenus dans un document confidentiel. La réorganisation affectera fortement les trois bases de province, en raison du caractère saisonnier de l'activité, avec 188 suppressions de postes prévues à Marseille, 104 à Nice et 90 à Toulouse. «Il est donc nécessaire d'ajuster notre offre entre été et hiver pour limiter nos pertes sur les mois difficiles et d'adapter nos modes de fonctionnement et d'organisation pour prendre en compte cette saisonnalité», indique la direction dans son document.

«Un conflit inévitable», selon un syndicat de pilotes

«Les bases sont mortes pour les salariés d'Air France», a estimé pour sa part le représentant CGT Didier Fauverte au vu des chiffres. «On ne peut plus fonctionner». Pour le représentant CFDT Michel Salomon, «ce plan de départs volontaires est un peu trop gros et ça doit être le dernier parce qu'on a atteint la limite de viabilité». Pour le SPAF, deuxième syndicat majoritaire chez les pilotes d'Air France, le management vieillissant» de l'entreprise est à l'origine du «marasme». «L'absence de dialogue, le non-respect des accords, la violation manifeste de la convention collectif sur les carrières rendent le contexte social avec les pilotes de plus en plus tendu et l'issue vers le conflit inévitable, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SlIVERML le vendredi 4 oct 2013 à 07:31

    Vive la reprise ! :-(