Air France-Des incidents fâcheux pour l'attractivité de la France

le
5

* Les incidents à Air France à la "une" des médias internationaux * Pour Valls, une image "qui fait mal" à la France * Des événements qui brouillent le message sur l'attractivité par Simon Carraud et Yann Le Guernigou PARIS, 6 octobre (Reuters) - Les images d'un haut responsable d'Air France fuyant dans la panique des employés en colère, chemise arrachée et visage livide, portent un coup aux efforts de la France pour convaincre les investisseurs internationaux de venir dans le pays. Après avoir tourné en boucle lundi sur les télévisions et les médias sociaux du monde entier, les photos du directeur des relations humaines de la compagnie aérienne ont fait mardi la "une" de la presse française et internationale, pour la plus grande inquiétude du gouvernement. "(Ces événements) jouent sur l'image d'Air France et de la France", a dit le Premier ministre Manuel Valls, en visite au siège de l'entreprise dès son retour du Japon où il était allé vanter les mérites de la France qui bouge et se réforme. "Moi, je sais combien la France est appréciée dans le monde (...) et je sais aussi qu'une image de ce type est exploitée, je sais aussi que cette image fait mal à notre pays." François Hollande a réagi en déplacement au Havre en prônant un "dialogue social apaisé". "S'il est interrompu par des violences inacceptables, cela a des conséquences sur l'attractivité du pays", a indiqué le chef de l'Etat. Pour l'International New York Times, les événements de lundi, survenus lors de la présentation d'un plan de restructuration en comité central d'entreprise, "sont le dernier exemple d'une série d'incidents durant lesquels des salariés ont retenu leurs dirigeants en otages ou commis des actes de vandalisme pour faire entendre leur voix". "Même au regard des standards français, la rixe qui a éclaté lundi lors d'une réunion entre la direction et les syndicats avait quelque chose de surprenant", a surenchéri le Wall Street Journal dans un éditorial. "Il est facile d'éprouver de la sympathie à l'égard des milliers de salariés d'Air France qui vont perdre leur emploi (...) Cependant, ces employés peuvent aussi largement en vouloir à leurs syndicats pour des règles qui tuent la croissance en limitant les heures de travail par semaine, en imposant des indemnités de licenciement onéreuses", a ajouté le journal de référence de la finance anglo-saxonne. DISSIPER LES IDÉES REÇUES Les incidents à Air France, un groupe dont l'Etat possède encore 17% du capital, ne pouvaient plus mal tomber pour le gouvernement au moment où il redouble d'efforts pour vendre la destination France aux chefs d'entreprise étrangers. Manuel Valls a donné lundi à Tokyo le coup d'envoi d'une campagne destinée à promouvoir la créativité de la France. "Creative France", qui sera également visible à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, vise dix pays cibles et a mobilisé des entreprises et des personnalités de renommée internationale comme la chef Hélène Darroze, le mathématicien Cédric Villani ou le designer Philippe Starck. Le ministère des Affaires étrangères est lui en plein milieu d'un "mois des investisseurs", une série de réunions menées dans 50 pays pour "dissiper les idées reçues" sur la France et présenter ses atouts comme le crédit d'impôt recherche, le pacte de responsabilité et l'innovation. Ce mercredi, le ministère de l'Economie déroule le tapis rouge à Versailles pour une quinzaine de fonds d'investissements étrangers spécialisés dans le capital risque ("venture capital") qu'il mettra en liaison avec des pépites de la "French tech". Ils seront ensuite reçus à l'Elysée. Toutes ces décisions ont été prises par le Conseil stratégique de l'attractivité, une instance présidée par François Hollande et créée début 2014 pour faire oublier des décisions symboliques mais coûteuses du début du quinquennat, comme la taxe à 75% sur les hautes rémunérations. L'enjeu est de taille. Dix-neuf entreprises étrangères investissent chaque semaine en France et le nombre d'implantations est reparti à la hausse en 2014 après trois années de baisse. Un total de 20.000 sont présentes en France où elles emploient deux millions de personnes. (Edité par Yves Clarisse)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal le mardi 6 oct 2015 à 20:13

    Elles est déjà sacrément entamée "l'attractivité de la fr". C'est pour cela que les français se barrent de + en + chaque année et que les touristes étrangers râlent par rapport à l'insécurité

  • janaliz le mardi 6 oct 2015 à 15:51

    ... il parlait de patrons voyous... Là il découvre une autre réalité... Bien réelle celle-là de délinquants syn.dicalistes... ça fait drôle, n'est-ce pas le pitre en chef...

  • janaliz le mardi 6 oct 2015 à 15:49

    Incidents fâcheux ! Ah bon ! Qu'est-ce que disait le pitre du côté de la Lorraine avant son élection en dégustant les merguez du sieur Martin. ! Où est-il celui-là ? Bien planqué maintenant...

  • odnaz le mardi 6 oct 2015 à 15:37

    oui l'ancienne économie administrée, désuète, cryptocommuniste, où l'on vivait en vase clos et on l'on se racontait qu'AF était la meilleure compagnie au monde ..... nostalgie pour les pilotes "hors sol" qui risquent d'atterrir bien brutalement, et les autres personnels aussi et qui ceux-là pourront se reprocher de n'avoir pas fait le ménage dans leur propre boîte.

  • M7097610 le mardi 6 oct 2015 à 15:22

    air france , c'est l'ancienne économie , celle à liquider