Air France attaqué aux prud'hommes après la grève des pilotes

le
18
AIR FRANCE ATTAQUÉ AUX PRUD'HOMMES APRÈS LA GRÈVE DES PILOTES
AIR FRANCE ATTAQUÉ AUX PRUD'HOMMES APRÈS LA GRÈVE DES PILOTES

PARIS (Reuters) - Plus d'un millier des pilotes d'Air France, soutenus par leur syndicat SNPL, vont attaquer la compagnie aérienne devant les prud'hommes afin d'obtenir le paiement des jours de grève qui devrait amputer de 500 millions d'euros les résultats de l'entreprise cette année, rapporte mercredi Le Figaro.

Selon le quotidien, le combat du SNPL, syndicat majoritaire des pilotes, consiste désormais à réclamer le paiement des jours de salaires décomptés en octobre par l'entreprise pour le calcul de la partie variable de leur rémunération.

Fin septembre, le salaire fixe des pilotes (environ 40% de leur rémunération) a été versé, mais ils ont dû attendre fin octobre pour percevoir la partie variable (60%) qui correspond aux primes de vols, indique le journal, précisant que certains pilotes ont perdu la moitié de leur salaire de septembre s'ils ont fait grève pendant les 14 jours.

"Il ne s'agit évidemment pas de se faire payer les jours de grève comme certains médias l'ont diffusé mais de faire appliquer la loi et l'accord stabilité de planning", écrit le SNPL dans un courrier à ses adhérents cité par Le Figaro, qui ajoute que les pilotes ont jusqu'au 30 novembre pour se faire connaître.

Le journal estime néanmoins que sur le plan juridique, les pilotes du SNPL n'ont "aucune chance" d'obtenir gain de cause, une jurisprudence de la Cour de cassation de 1998 comptabilisant les jours de rotation comme journées de grève.

Toutefois, près de 2.000 membres du SNPL d'Air France devraient, pour le principe, réclamer le paiement de journées non travaillées dans le cadre d'une procédure longue qui n'aboutira probablement pas avant l'été prochain, écrit le quotidien.

Air France s'est refusé à tout commentaire.

Air France-KLM a estimé le mois dernier que la grève de 14 jours des pilotes d'Air France en septembre pourrait amputer son excédent brut d'exploitation de quelque 500 millions d'euros cette année.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mercredi 5 nov 2014 à 10:02

    Les pilotes doivent assumer en totalité les pertes financières personnelles de leur grève.

  • mperonne le mercredi 5 nov 2014 à 09:58

    Suppression des aides de l'état aux syndicats, aux partis politiques.......

  • mperonne le mercredi 5 nov 2014 à 09:58

    Un appartement en location à 2000€ par mois.....!

  • mperonne le mercredi 5 nov 2014 à 09:57

    Merci aux syndicats!!!! vive la CGT qui peut se permettre de mettre plus de 100000€ pour rénover un appartement de 78m² pour son représentant................. On se fout de qui?

  • mperonne le mercredi 5 nov 2014 à 09:54

    SNCM, Air France, SNCF, EDF, GDF, tous le même combat: Couler l'entreprise, avoir des salaires injustifiés, des primes exorbitantes, des avantages du comité d'entreprise faramineux........ a une époque ou il y a plus de 5 millions de chômeurs,,,,licenciez tout le monde pour rembaucher ceux qui n'ont pas de travail.

  • M1310580 le mercredi 5 nov 2014 à 09:54

    manque pas de culot les privilégiés !

  • 11246605 le mercredi 5 nov 2014 à 09:38

    Ces imbéciles sont en train de détruire leur propre moyen de subsistance. A moins que ce ne soit encore nous qui devrions payer puisque l'Etat français est actionnaire.

  • pholey le mercredi 5 nov 2014 à 09:29

    "Pas de jalousie! Vous seriez pilotes vous feriez de même...", c'est un triste constat alors, cela signifierait que le pays est dans le déni de réalité et en plus il y ajoute l'indécence des gens qui veulent tout, le beurre, l'argent du beurre et ...

  • M7097610 le mercredi 5 nov 2014 à 09:26

    les ténardiers d'air france frappent encore... La sncm ouvre la voie

  • M5441845 le mercredi 5 nov 2014 à 09:20

    Tout a fait d'accord avec vous C177571. Il devient urgent que AIR FRANCE disparaisse et soit remplacé par TRANSAVIA qui aura la même activité pour moins cher. La SNCM est en train d'ouvrir la voie a cette transformation de l'économie française qui a du mal a sortir du XX° siècle. Notons que PAN AM, la SABENA et surtout SWISSAIR on déjà suivi cette voie.... Pour Alitalia, cet une question de mois...