Air France : 2015, un bon cru pour les pilotes

le
2
Air France : 2015, un bon cru pour les pilotes
Air France : 2015, un bon cru pour les pilotes

Il n'y pas que le PDG d'Air France-KLM qui profite de la bonne santé, toute relative, de la compagnie nationale. Si Alexandre de Juniac a vu sa rémunération passer de 645 000 € en 2014 à 1,06 M€ en 2015, soit une hausse de 65 %, les pilotes ont aussi eu leur part du gâteau. Selon nos informations, l'année dernière, les 3 600 pilotes de la compagnie nationale ont enregistré une augmentation moyenne de leur rémunération de 7 %, alors que pendant ce temps les autres catégories de personnels voyaient leur salaire progresser au maximum de 1,5 %. Et l'embellie pour le portefeuille des pilotes ne s'arrête pas là. Pour les quatre premiers mois de l'année, leur salaire a déjà progressé de 4 % par rapport à la même période de 2015.

Cette envolée s'explique par la composition de leur rémunération. Comme pour Alexandre de Juniac, elle est composée d'une part variable importante, liée pour eux à leur activité. Plus ils volent, plus ils gagnent d'argent. Si 2015 marque le retour aux bénéfices pour Air France, avec un solde positif de 118 M€, une première depuis 2008, son corollaire est une activité accrue pour les pilotes, amplifiée par le départ de 200 d'entre eux non remplacés. « Il faut se rappeler qu'entre 2008 et 2014, avec la crise, nous avons perdu entre 10 % et 15 % de notre salaire, insiste Emmanuel Mistrali, du SNPL, le principal syndicat de pilotes d'Air France. Si cette hausse en 2015 peut paraître importante, elle nous permet à peine de revenir au niveau de rémunération de 2008. »

«Si rien ne change, nous sommes prêts à partir en guerre»

Une dynamique positive que les pilotes ne souhaitent pas casser. Pas étonnant, alors, que la décision de la direction d'appliquer dans son intégralité, à partir du 1 er juin, les accords de compétitivité signés avec eux en 2012 dans le cadre du plan Transform s'apparente à une déclaration de guerre. Il faut dire que ces accords touchent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MathOS68 il y a 10 mois

    Que ce soit 4000 ou 10000 euros en moins, quand on en gagne 190000, ça change quoi franchement? déjà c'est honteux. Ensuite tous les autres se serrent la ceinture mais pas eux. "Certains" sont au dessus de tout ça. Certains pensent peut être que si la boite ferme par manque de compétitivité, ils continueront à recevoir leur salaire? je pene plutot qu'ils n'ont pas grand chose dans la tête...

  • M8252219 il y a 10 mois

    En France ceux qui réclament le plus : sont ceux qui sont les mieux payés et qui ne risquent pas le chômage . Ils sont aussi ceux qui tiennent les syndicats . pilotes de lignes et fonctionnaires .