Air Cocaïne-Sarkozy s'interroge sur l'attitude de la justice

le
2

(Actualisé avec Manuel Valls à l'Assemblée) PARIS, 3 novembre (Reuters) - Nicolas Sarkozy dit s'interroger sur l'attitude de la justice française à son égard après des révélations sur des investigations dont il aurait fait l'objet dans le cadre de l'affaire "Air Cocaïne". Selon le Journal du Dimanche, la juge d'instruction chargée de ce dossier de trafic de drogue présumé entre la République dominicaine et la France a fait contrôler des factures téléphoniques de l'ex-président et la géolocalisation de ses portables. L'avocat du président des Républicains a fait savoir lundi qu'il écrirait au procureur de Marseille pour lui demander des explications à ce sujet. ID:nL8N12X0XN "Je veux savoir au nom de quoi un magistrat a pu prendre de telles mesures, pour la seule raison que j'ai voyagé avec la même compagnie d'avions. Je veux savoir si un autre client de la compagnie aérienne a été géolocalisé et écouté : y en a-t-il d'autres ou est-ce un traitement qui m'a été réservé ? ", déclare Nicolas Sarkozy dans Le Parisien publié mardi. "Qu'imagine-t-on ? Que j'étais à Punta Cana sur 700 kg de cocaïne ? ", s'interroge-t-il. "Soit les règles ont été respectées, soit elles ont été violées et on doit savoir qui ne les a pas respectées et pourquoi", conclut le chef de l'opposition, qui laisse entendre que la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a été informée des actes d'enquête le visant. Interrogé à ce sujet lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a démenti un tel scénario. PAS D'ÉLÉMENTS FAISANT AVANCER L'ENQUÊTE, DIT VALLS "Bien que l'affaire dite 'Air Cocaïne' ait été suivie par les services de la Chancellerie, il s'avère en revanche que les actes décidés par le juge d'instruction de Marseille et relatifs à M. Nicolas Sarkozy (....) n'ont eux en aucun cas été portés à la connaissance du ministère de la Justice", a-t-il dit. "Et c'est logique (...) puisque ces actes n'ont manifestement pas apporté d'éléments de nature à permettre à l'enquête de progresser", a ajouté le Premier ministre, interpellé sur le sujet par l'opposition de droite. Le nombre d'affaires suivies par les services du ministère de la Justice est passé d'environ 13.000 en 2012 à 5.690 au 30 septembre dernier, a-t-il indiqué. Selon le JDD, Nicolas Sarkozy a utilisé le Falcon à bord duquel 700 kilos de cocaïne ont été saisis le 19 mars 2013 sur l'aéroport de Punta Cana et l'aurait réservé pour un vol Paris-Bordeaux qui devait avoir lieu deux jours après. Son avocat, Thierry Herzog, a assuré que ce ne n'était pas le même avion mais a confirmé que c'était la même compagnie de location. Deux pilotes français condamnés en première instance en République dominicaine dans cette affaire ont fui ce pays avant leur procès en appel et ont été placés en détention provisoire en France lundi. ID:nL8N12X2L3 Bruno Odos, l'un des deux pilotes, était entendu mardi au palais de justice de Marseille. (Chine Labbé, avec Jean-François Rosonoblet à Marseille, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1148670 le mardi 3 nov 2015 à 18:41

    Je comprends un peu mleux son agitation permanente.

  • odnaz le mardi 3 nov 2015 à 16:40

    Air Cocaïne, nous on s'interroge sur l'attitude de Sarkozy.