Air cocaïne-Paris dit suivre la situation de Christophe Naudin

le
0
    PARIS, 28 février (Reuters) - Le ministère français des 
Affaires étrangères a déclaré dimanche suivre avec attention la 
situation de Christophe Naudin, un Français menacé par l'Egypte 
d'extradition vers la République dominicaine, qui a émis à son 
encontre en novembre un mandat d'arrêt international.  
    Christophe Naudin, spécialiste de la sûreté aérienne, est 
recherché par Saint-Domingue pour son implication dans l'évasion 
fin octobre de deux pilotes français Pascal Fauret et Bruno 
Odos, condamnés à 20 ans de prison pour trafic de drogue dans 
l'affaire dite "Air Cocaïne".  
    "La justice égyptienne vient de décider d'extrader en 
République dominicaine M. Christophe Naudin, à la demande des 
autorités dominicaines", déclare le porte-parole du Quai d'Orsay 
dans un communiqué.  
    "Nous suivons avec attention sa situation et continuerons 
d'assurer la protection consulaire en sa faveur", ajoute-t-il. 
    Christophe Naudin avait aidé en octobre dernier Pascal 
Fauret et Bruno Odos - alors placés sous contrôle judiciaire 
dans l'attente de leur procès en appel - à quitter 
clandestinement la République dominicaine pour rejoindre la 
France.  
    Fin octobre, il avait indiqué avoir organisé la "partie 
opérationnelle" de cette exfiltration.  
    "Pour moi, le seul recours est politique du fait de 
l'excellence des relations (de la France-NDLR) avec l'Egypte", a 
réagi son épouse, Michèle Naudin, sur BFM TV dimanche. "Je n'ose 
pas imaginer qu'on ne puisse pas, au niveau de l'Etat, au plus 
haut de l'Etat, défendre mon mari".  
    Deux autres Français sont également visés par le mandat 
d'arrêt émis par la République dominicaine pour leur implication 
dans l'évasion : le député européen démissionnaire du Front 
national Aymeric Chauprade et Pierre Malinowski, assistant 
parlementaire de Jean-Marie Le Pen.     
    L'affaire dite "Air Cocaïne" a débuté en mars 2013 avec 
l'interpellation en République dominicaine de Pascal Fauret, de 
Bruno Odos et de deux autres Français dans un avion Falcon 50 à 
bord duquel avaient été embarqués près de 700 kilos de cocaïne.  
    Les quatre hommes, qui ont toujours clamé leur innocence, 
ont été mis en examen en mai 2013 par la justice française pour 
"importation de produits stupéfiants en bande organisée et 
association de malfaiteurs". 
 
 (Marine Pennetier, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant