Aigles contre drones: les nouvelles recrues de la police néerlandaise

le
0
Aigles contre drones: les nouvelles recrues de la police néerlandaise
Aigles contre drones: les nouvelles recrues de la police néerlandaise

La police néerlandaise peut désormais compter sur une nouvelle recrue de haut vol : des aigles entraînés à intercepter des drones survolant des zones interdites.Hunter, une femelle de 2 ans, et son dresseur, Ben, se tiennent prêts sur un terrain d'entraînement d'une académie de police dans le sud des Pays-Bas, à proximité de la frontière belge.Pour sa démonstration, la police a mis en scène une visite d'Etat : arrivée en convoi, la chef d'Etat incarnée par une policière sort de sa voiture quand soudain, un drone apparaît."Attentat, attentat", les cris fusent et le chef d'Etat est emmené séance tenante. Le dresseur libère Hunter, qui fonce sur le drone, l'agrippe fermement et va ensuite se poser quelques mètres plus loin, sa proie entre les serres.Comme ailleurs dans le monde, l'usage des drones connaît une croissance exponentielle aux Pays-Bas. "C'est très difficile de gérer les drones, il existe beaucoup de possibilités mais l'utilisation d'oiseaux de proie est probablement la mesure la plus efficace", assure à l'AFP le chef des opérations de la police néerlandaise, Michel Baeten. Les animaux, dressés depuis fin 2015, seront appelés à la rescousse quand les drones poseront un danger pour la population, lors d'un événement particulier, comme une visite d'Etat, ou s'ils volent trop près d'un aéroport.Grâce à de la viande de poulet ou de dinde attachée une fois sur deux sur ces appareils volant pendant les séances de dressage, les animaux perçoivent ces objets à plusieurs bras motorisés comme des proies.- 'Solution low-tech pour problème high-tech' -Pendant ces mois de tests, "aucun des aigles n'a été blessé", assure le porte-parole de la police nationale, Dennis Janus, réfutant les accusations de maltraitance exprimées par certains experts en début d'année."C'est une solution low-tech pour un problème high-tech", se plait-il à répéter au sujet du projet, qui a un budget de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant