Aides à la Grèce : la BCE refuse de relever le plafond des prêts d'urgence

le , mis à jour à 17:37
0
Aides à la Grèce : la BCE refuse de relever le plafond des prêts d'urgence
Aides à la Grèce : la BCE refuse de relever le plafond des prêts d'urgence

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé ce mercredi de laisser inchangé le montant de ses aides d'urgence aux banques grecques. La Banque de Grèce avait adressé une requête à l'institution monétaire basée à Francfort afin de relever le plafond des prêts ELA, devenu l'unique source de financement des banques grecques. La semaine dernière, la BCE avait consenti à porter le plafond à 90 milliards d'euros, elle n'a pas souhaité commenter le récent refus. 

La Banque centrale européenne n'avait plus relevé le plafond d'aide d'urgence depuis fin juin faute de garantie de solvabilité du gouvernement grec. Les banques grecques ont été fermées pendant trois semaines, et les capitaux fortement contrôlés par l'exécutif pour éviter un effondrement du système bancaire grec. Depuis, un accord a été trouvé entre Athènes et ses créanciers pour un troisième plan d'aide au pays, impliquant également le vote par le Parlement de réformes structurelles. Les banques grecques ont pu ouvrir à nouveau le 20 juillet dernier, mais les retraits et les virements vers l'étranger restent étroitement encadrés. 

L'activité économique s'est fortement dégradée, le gouverneur de la Banque de France, et membre de la BCE, Christian Noyer s'est prononcé vendredi dernier pour une recapitalisation des banques grecques pour la mi-août. Alors qu'Athènes s'apprête ce mercredi à retrouver ses créancier pour discuter d'un nouveau programme d'aide, dans un climat politique tendu par l'opposition de l'aile gauche de Syriza aux conditions posées pour ce renflouement.

Tsipras veut rallier les frondeurs

Prêt à tout pour mettre en oeuvre le nouveau plan d'aide à la Grèce, Alexis Tsipras a déclaré sur une radio grecque : «si nous n'avons pas de majorité parlementaire, nous serons contraints à des élections». Le Premier ministre grec affirme qu'une réduction de la dette du pays s'accompagnera après novembre d'une réduction de la dette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant