Ahn Jung-hwan : " Je ne suis pas revenu en Italie, c'était trop violent "

le
0
Ahn Jung-hwan : " Je ne suis pas revenu en Italie, c'était trop violent "
Ahn Jung-hwan : " Je ne suis pas revenu en Italie, c'était trop violent "

Héros dans son pays pour avoir qualifié la Corée du Sud pour les quarts de finale de la CM 2002, Ahn Jung-hwan avait choqué toute l'Italie à l'époque. Au point d'être viré par son club de Pérouse pour avoir " ruiné le football italien ".

Vous débarquez en Italie en 2000, vous avez un peu demandé à des compatriotes comment était la vie en Europe ? Non, à ce moment-là, il n'y avait pas beaucoup de Coréens en Europe, je n'ai pas donc pas eu d'informations avant d'arriver.
Et comment s'est passé l'accueil, il se dit que vous avez reçu des insultes racistes Ça a été une expérience particulière, je me retrouvais dans le meilleur championnat du monde avec d'excellents joueurs. À côté de ça, oui, ça m'est arrivé de recevoir des insultes racistes. C'est vraiment dommage parce que le sport, c'est du fair-play, pas des insultes, c'était donc difficile de s'adapter.
Vous êtes connu en Europe pour votre Coupe du monde 2002, quelle était la recette des Coréens ? À cette époque, moi, j'étais vraiment tout fou de pouvoir jouer au football et on avait cette soif de vaincre les équipes plus fortes que nous, c'était l'essentiel. Et puis c'était important de réussir notre Coupe du monde au pays.
Beaucoup critiquent la qualité de cette édition suite aux éliminations rapides du Portugal, de l'Argentine, de l'Italie et la réussite de la Turquie ou de la Corée du Sud Mais pourtant c'est normal ! Dans le foot, ce n'est pas toujours les mêmes qui perdent et les mêmes qui gagnent Pourquoi est-ce que l'on s'entraîne alors, si c'est toujours la même équipe qui doit gagner ? C'est dommage que certaines personnes ne puissent pas intégrer cela, c'est ça qui fait la magie du football.
Le grand moment de cette Coupe du monde, c'est bien sûr votre but contre l'Italie, quel était le contexte de la rencontre ? À ce moment-là, l'équipe italienne était bien plus forte que nous. On a donc essayé de jouer sur notre force : on avait plus d'envie et de motivation pour gagner. Ce but que j'ai inscrit en fin de match est certainement le plus touchant que j'ai marqué dans ma carrière
C'est vrai que Marco Materazzi est entré dans votre vestiaire pour vous dire que vous puiez l'ail ? Ça fait déjà longtemps Materazzi était le capitaine de l'Italie, et au moment même, je pensais que c'était pour rigoler. Je ne m'en suis pas trop fait avec cette…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant