Agriculture : sale temps pour les céréaliers

le , mis à jour à 11:31
16
Agriculture : sale temps pour les céréaliers
Agriculture : sale temps pour les céréaliers

Les moissonneuses-batteuses vertes, bleues ou jaunes ont cessé leur ballet fin juillet dans la plaine d'Authion près d'Angers (Maine-et-Loire). Comme chaque été en août, des round balers (ces imposantes balles de foin) parsèment les champs à perte de vue. Mais cette année plus que jamais, Jean-Raoul Boulu a fini sa moisson la boule au ventre. « Ça fait deux ou trois ans que ça descend mais cette année, le blé, c'est du jamais-vu », affirme le céréalier, fils d'agriculteurs depuis cinq générations. La faute à la météo « pourrie » dit-il, la pluie du printemps qui a retardé la maturation du blé (la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles — FNSEA — a mis en avant cette semaine des pertes de 4 Mds€ en raison d'une baisse des rendements d'à peu près 25 à 30 % cette année par rapport à l'an dernier) et a entraîné des maladies, mais pas que.

 

Chaque semaine, Jean-Raoul suit sur Internet les cours mondiaux des céréales et, cette année, la Bourse Euronext n'a jamais coté aussi bas : 165 € la tonne (selon les places de vente, le cours oscille entre 152 € et 171 € la tonne selon le site Terre-net) de blé, contre 231 € en 1987. Un prix dérisoire quand les charges, elles, le prix des engrais, du fioul, du fermage (la location des terres), des mises aux normes ne cessent de grimper. Un discours alarmiste qu'on avait l'habitude d'entendre chez les éleveurs ou les producteurs de lait, nettement moins chez les céréaliers, plutôt considérés jusqu'ici comme les agriculteurs s'en sortant le mieux.

 

« Aujourd'hui, on ne vit plus de notre travail en France. Le blé vient de Russie, d'Ukraine et nous, on a le nez dans le guidon, on est tous touchés », déplore ce quinquagénaire qui se verse un salaire de 1 000 € chaque mois et va finir l'année avec un déficit de 20 % sur son exploitation. Dans la vaste plaine à la terre peu fertile, « ni trop sèche ni trop humide », dit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 6 mois

    aucune aide pour les céréaliers plus pollueur de la terre et pas pauvre

  • houbap il y a 6 mois

    Un article sur l'agriculture qui confond le foin et la paille, on est bien informés...

  • rakiri il y a 6 mois

    Ok pour les aides mais suivant le patrimoine au cas par cas parce que certains céréaliers sont plus que blindé avec la vente de terrain constructible

  • rakiri il y a 6 mois

    Pauvre petit céréalier toujours à plaindre allez courage vous avez bien une petite moisson d avance cacher dans vos lessiveuses

  • PITCH30 il y a 6 mois

    Après je ne veux pas plaindre les quelques céréaliers flambeurs qui se sont cru plus beaux que les autres mais ont manqué de clairvoyance, de capacité de gestion voire tout simplement d'intelligence. Mais ils ne représentent pas la majorité et en tous cas cette année 2016 va leur apprendre l'humilité. Mais, il y aura des drames liés au surendettement. Et pendant ce temps on trouve du pognon pour donner un golden hello (50000e) aux jeunes toubibs qui s'installent 3 ans à la campagne

  • PITCH30 il y a 6 mois

    Je connais bien le sujet. Je peux vous affirmer que si les prix ne remontent pas d'au moins 20% dans les prochains mois, la plupart des agriculteurs concernés par les baisses de récolte vont être en grande difficulté. Et la filière amont et aval (agrofourniture, stockage et transport de céréales, activité portuaire à Rouen, la Rochelle....) va perdre des emplois c'est inévitable. Le problème est que cet accident climatique vient après 2 années correctes en production mais avec déjà des prix bas

  • roger.he il y a 6 mois

    mouai ils vont mutualiser les pertes comme ils privatisent leurs gains sur le dos des contribuables européens!aussi gonflés que les banquiers

  • roger.he il y a 6 mois

    74000e/an revenu MOYEN des cerealiers ces dernieres années! et il faudrait chialer cette année?

  • dupon666 il y a 6 mois

    la Russie qui n'achete plus de porc et vend du blé à bas prix,ça fait tres mal à l'agriculture euro....encore une belle reussite de nos dirigeants trop imbus de leur puissance

  • Berg690 il y a 6 mois

    Vont pas pouvoir s'acheter le tracteur de 500vc et devront prendre celui de 250cv. Ils auront plus de temps pour spéculer sur Agritel.