Agriculture : le gouvernement veut réduire les pesticides de 50% d'ici 2025

le
0
Agriculture : le gouvernement veut réduire les pesticides de 50% d'ici 2025
Agriculture : le gouvernement veut réduire les pesticides de 50% d'ici 2025

Stéphane Le Foll, le ministre de l'agriculture, a présenté, ce vendredi, les grandes lignes de son plan Ecophyto. L'objectif ? Réduire de moitié l'usage des pesticides à l'horizon 2025 avec un palier intermédiaire de 25 % pour 2020.

Ce plan intervient alors qu'un premier décidé en 2008 dans le cadre du Grenelle de l'environnement qui prévoyait la réduction de moitié des herbicides et pesticides d'ci à 2018 s'est soldé par un échec. Au contraire, pendant cette période, le recours à ces produits a progressé de l'ordre de 10% entre 2009 et 2013 en partie à cause d'un usage très intensif de ces antiparasites.

Si ce plan doit être discuté jusqu'en juin avec une application possible dès le second semestre, plusieurs axes reprennent les propositions du rapport de Dominique Potier (député PS de Meurthe-et Moselle), remis le 23 décembre au gouvernement.

Ce nouveau plan devrait bénéficier d'une enveloppe totale de 70 millions d'euros. Sur le fond, le gouvernement veut s'appuyer sur l'exemple d'un réseau de fermes qui sont parvenues à baisser de 7% leurs traitements en 2012 et de 12% en 2013. «Il faut diffuser ces bonnes pratiques», a expliqué Stéphane Le Foll qui souhaite «porter le nombre de ces fermes à 3000 contre 2000 aujourd'hui».

VIDEO. Le Foll entend réduire les pesticides de 50% d'ici 2025

Les jardins des particuliers et dans les espaces publics aussi ciblés

Par ailleurs, un dispositif expérimental de «certificats d'économie de produits phytosanitaires» sera également mis en place, avec une obligation, pour les distributeurs de ces produits, de baisser de 20% les doses utilisées sur cinq ans. Si ce seuil n'est pas atteint, le distributeur sera pénalisé financièrement.

Un autre enjeu concerne l'emploi de ces produits dans les jardins des particuliers et dans les espaces publics. Dans ce domaine, des résultats ont déjà été obtenus avec une baisse de l'ordre de 8% entre 2012 et 2013. Par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant