Agriculture : «Le gouvernement prend la mesure» de la crise, affirme Beulin

le
1
Agriculture : «Le gouvernement prend la mesure» de la crise, affirme Beulin
Agriculture : «Le gouvernement prend la mesure» de la crise, affirme Beulin

Le puissant président de la FNSEA est satisfait : « il y a eu des annonces non négligeables » et « le gouvernement prend la mesure du sujet », même si certains verrous dépendent de l'Europe, s'est félicité Xavier Beulin ce vendredi sur LCI. Jeudi, Manuel Valls a annoncé le renforcement du plan d'aide aux agriculteurs, un bonus annuel de 350 millions en plus des 600 millions promis le 22 juillet, soit, peu ou prou, 3 milliards d'euros pour les filières ces trois prochaines années.

Place de la Nation, vers laquelle avaient convergé plus d'un millier de tracteurs pour une grande journée de mobilisation, le détail des aides a pourtant été hué. Le fait, affirme Beulin, de « quelques infiltrés dans nos rangs de syndicats opposés, quelques anarchistes, et sans doute (de) quelques jeunes agriculteurs déçus qui attendaient des promesses sur le prix, ce qui ne peut pas être le rôle du Premier ministre ni du ministre de l'Agriculture. Nous ne sommes pas dans une économie administrée », a-t-il insisté.

Le président du premier syndicat des agriculteurs, que certains présentent souvent comme le véritable ministre de l'Agriculture tant sa capacité de blocage est grande, estime que « les annonces ne sont pas négligeables », notamment avec la suppression des remboursements d'emprunts bancaires pendant un an pour ceux, en difficulté, qui en feront la demande auprès des préfets, et le travail sur les normes sanitaires. « A partir de ce matin, il n'y a plus de nouvelle norme, plus de sur-transposition » du droit européen dans la législation française, « avant que nous ayons évalué la mise en application pour nos exploitations ». Pour lui, ces trois années donnent aux agriculteurs la « capacité à faire des choses pour restructurer la filière ».

La vision « industrialiste » de la FNSEA critiquée

Hier encore, la vision « industrialiste » de la FNSEA était critiquée, tant par des agriculteurs que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • T20 le vendredi 4 sept 2015 à 10:54

    Les "promesses" de Valls: demain çà ira mieux! Vous ne payez pas aujourd'hui, vous paierez demain... Demain on rase gratis... Comme on dit dans son langage natal: Mañana, Mañana !: