Agriculture: la liberté de semer sous pression

le
0
Une proposition de loi prévoit d'imposer le paiement d'une taxe aux agriculteurs qui gardent une partie de la récolte pour la ressemer. L'industrie des semences évoque le respect de la propriété intellectuelle.

Un agriculteur devra réfléchir à deux fois avant de conserver une partie de sa récolte pour la ressemer l'année suivante. Une proposition de loi UMP, votée par les sénateurs et qui sera débattue en séance par les députés ce lundi, prévoit en effet de restreindre la pratique à seulement 21 espèces, sous réserve du versement d'une redevance au groupe industriel fabriquant la semence concernée.

Ressemer à partir d'une précédente récolte est officiellement interdit au nom du respect de la propriété intellectuelle de l'industrie semencière. Mais la pratique est courante. Sous la pression des industriels, le gouvernement souhaite donc la légaliser pour 21 produits seulement tout en la restreignant avec une taxe. «On ne souhaite qu'inscrire dans la loi une pratique constante», précise François Burgaud, directeur des relations extérieures du groupement national interprofessionnel des semences (GNIS), qui précise que le manque à gagner pour les industriels chaque

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant