Agriculture : après les mauvaises récoltes, Valls présente un plan anti burn-out

le , mis à jour à 16:24
7
Agriculture : après les mauvaises récoltes, Valls présente un plan anti burn-out
Agriculture : après les mauvaises récoltes, Valls présente un plan anti burn-out

«Eviter des dépôts de bilan massifs et permettre aux exploitants agricoles de passer ce cap difficile.» Face à une récolte céréalière en chute de près de 30% après les intempéries catastrophiques du printemps, qui vient s'ajouter à une crise persistante de l'élevage et du secteur laitier, le gouvernement avait promis un plan de soutien dès la fin juillet. Manuel Valls est passé aux travaux pratiques en présentant ce mardi un nouveau «plan de consolidation et de refinancement de l'agriculture», le troisième depuis l'été 2015. Petit inventaire.  

 

 

L’agriculture fait intimement partie de l’identité de la France. Se battre pour elle, c’est se battre pour nos territoires, pour nos emplois

— Manuel Valls (@manuelvalls) 4 octobre 2016

 

 

 

Des emprunts garantis par l'Etat

 

De nombreux agriculteurs sont étranglés de dettes. L'Etat, via la banque publique d'investissement bpifrance, va se porter caution pour la moitié des emprunts des agriculteurs en difficulté, afin de leur permettre d'emprunter auprès de leurs banques aux mêmes taux que s'ils étaient en bonne santé financière.  Un fonds de garantie, où l'Etat verserait selon Matignon de 50 à 100 millions d'euros, doit permettre de débloquer 1,5 milliard d'euros de prêts des banques privées pour les agriculteurs en difficulté qui en auront fait la demande avant le 31 décembre. Entre 50.000 et 80.000 exploitants devraient bénéficier de la mesure. 

 

Parallèlement, l' «année blanche», c'est-à-dire le report de remboursement de prêts, va être prolongé de deux mois jusqu'à fin décembre. Et les céréaliers pourront bénéficier d'un dégrèvement supplémentaire, sur les prairies, de leur taxe foncière.

VIDEO. Nouveau plan de soutien aux agriculteurs

 

Des aides à la reconversion 

 

Le gouvernement va également augmenter  l'enveloppe attribuée aux aides à la reconversion ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5065888 il y a 2 mois

    "L'Etat, via la banque publique d'investissement bpi france, va se porter caution pour la moitié des emprunts des agriculteurs en difficulté," C'est pas suffisant : j'ai entendu au JT un agriculteur se plaindre car ils devaient "malgré tout" rembourser l'argent emprunté. C'est vrai que c'est scandaleux ...

  • dotcom1 il y a 2 mois

    Je ne me souviens pas d'avoir lu que les mauvaises récoltes étaient une des conséquences du réchauffement climatique. Un grand expert peut-il nous éclairer?

  • jprizzi il y a 2 mois

    les céréaliers ont fait une très bonne récolte l'an dernier, alors pourquoi ne puisent-ils pas dans leurs réserves ????? Par contre les laitiers et les éleveurs, eux, ont bien besoin d'aides pour survivre !!!

  • M107412 il y a 2 mois

    Et les céréaliers pourront bénéficier d'un dégrèvement supplémentaire, sur les prairies, de leur taxe foncièreIl y aurait donc des prairies céréalières!!! L'agronomie devient une science étrange

  • coche123 il y a 2 mois

    à l'approche des élections, en france il faut être fonctionnaires, salariés d'alstom ou agriculteur. Les autres ont s'en fout.

  • Cedrik88 il y a 2 mois

    Sacrées mesures! Valls explique de facto, que de toute façon bonnes ou mauvaises récoltes, il faudra quand même payer et rembourser les emprunts, et cerise sur le gâteau, encourage à laisser tomber la profession. En terme de défense de ce qui est (était) notre plus grand fleuron, je ne félicite pas Valls pour sa "vision des choses", ni pour pour la "qualité" de ses aides...Tout le monde le sait: avec l'UE, nos agriculteurs vont tous mourir au profit de très grandes structures !

  • c.debarg il y a 2 mois

    les terres sont dammées a 50 cms de profondeur