Agriculteurs : opérations coup de poing contre la multiplication des normes

le
4
Agriculteurs : opérations coup de poing contre la multiplication des normes
Agriculteurs : opérations coup de poing contre la multiplication des normes

Plusieurs centaines d'agriculteurs rassemblés à Rungis à l'ouverture du marché de gros, des centaines de camions ralentis par 200 manifestants dans la nuit sur l'A1 à la hauteur du péage de Senlis, des rassemblements prévus dans le Finistère, la Haute Vienne... Et dès ce matin, un rassemblement surprise sur la place de la Concorde à Paris avec près de 200 manifestants masqués de sacs-pouvelles qui incendié des palettes et des bottes de paille et allumé des fumigènes...

Alors que le projet de loi d'avenir sur l'agriculture est examiné à partir de ce mardi en commission à l'Assemblée nationale, puis dans la première semaine de juillet dans l'hémicycle, les syndicats agricoles ont appellé à une journée nationale de mobilisation pour donner «un carton jaune» au gouvernement. Selon eux, la multiplication des «contraintes» est en train d'asphyxier les exploitations avec des restrictions ou des coûts supplémentaires impossibles à répercuter.

C'est notamment le cas d'un article qui prévoit une zone d'interdiction d'épandage de produits phytosanitaires, y compris des produits homologués en agriculture biologique, à moins de 200 mètres de toute zone d'habitation ou lieu public. En Ile-de-France, près 100 000 hectares seraient concernés. « La FDSEA Ile-de-France s'insurge contre cette nouvelle mesure qui vient encore un peu plus réduire l'outil de travail des agriculteurs, dans un contexte de demande alimentaire mondiale croissante. Plus grave pour les producteurs spécialisés, c'est le risque d'être obligés d'arrêter leurs activités», lance le syndicat. «Vous voulez manger français, on est prêt à produire pour vous, mais pour autant que l'on ne nous entrave pas», a lancé Dominique Barrot, le secrétaire général de la FNSEA. 

«Il faut protéger certains lieux d'éventuels phytosanitaires portés par le vent, a expliqué Stéphane Le Foll, le ministre de l'agriculture tout en soulignant qu'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domin288 le mardi 24 juin 2014 à 12:04

    @Isegoria: Et si je vends 250€ ces mêmes bouchons à toutes les vaches travaillant à la commission Européenne et au gouvernement, en combien de temps suis-je milliardaire ? :D

  • Isegoria le mardi 24 juin 2014 à 10:17

    La FORTUNE: pour les nuls: ÉTAPE 1 - je fais du lobbying auprès de la commission Européenne avec un discours simple: "pour des raisons de sécurité et d’écologie, il faut boucher le trou du c-l des vaches". ÉTAPE - 2 je fais fabriquer en Chine des bouchons a partir de pneu recyclés ( prix de reviens avec transport compris 0.10cts/pièce). ÉTAPE 3 - J'attend que la commission impose des bouchons a toutes les vaches et je les vends 12euros/pièce. ÉTAPE 4 - en moins de 5 ans me voila riche...

  • M2286010 le mardi 24 juin 2014 à 08:43

    Ils n'ont pas compris ce que le gouvernement applique, sur ordre de Hollande: c'est le "Choc de simplification". Ce sont tous d'anciens fonctionnaires, on ne comprend pas toujours ce qu'ils disent et eux sont totalement incapables de comprendre ce qu'est le bon sens paysan...Ils ne raisonnent pas sur l'hectare, mais sur A4 (21 x 29.7 cm.).

  • gmail.fr le mardi 24 juin 2014 à 08:36

    Les normes européennes sont édictées par les lobbies et l'ambiance ECOLO infantile sécuritaires , les industriels de la distrib et de l'alimentaires surfent dur cette vague