Agriculteurs : la Bretagne sous tension, cinq interpellations à Quimper

le , mis à jour à 09:05
1
Agriculteurs : la Bretagne sous tension, cinq interpellations à Quimper
Agriculteurs : la Bretagne sous tension, cinq interpellations à Quimper

Alors que François Hollande s'est engagé, jeudi, à baisser rapidement les cotisations sociales des agriculteurs, la grogne des producteurs sur le terrain est loin de se calmer. Si les forces de l'ordre ont contraint les agriculteurs à lever le camp devant certaines plates-formes logistiques de la grande distribution, plusieurs manifestations et rassemblements ont eu lieu pendant la nuit. La tension est même montée d'un cran à Quimper, dans le Finistère. 

Jeudi vers 23 heures, une quinzaine de véhicules avec des remorques chargées de déchets se dirigent vers la cité administrative et plus précisément vers la Chambre d'agriculture. Immédiatement une dizaine de camions de CRS viennent se poster devant le bâtiment. Alors que les agriculteurs tentent de déverser leur «cargaison» et de l'incendier, cinq agriculteurs sont interpellés. L'un d'entre eux est poursuivi pour violences aggravées. On lui reproche d'avoir foncé sur les forces de l'ordre. Les autres ont été arrêtés pour dégradation volontaire. Plusieurs tracteurs ont été saisis par les forces de l'ordre.

#Quimper les tracteurs saisis après manifestation agricole cette nuit sont en train d être évacués #Finistere pic.twitter.com/7rIUAQSPJM— Bleu Breizh Izel (@Francebleubzh) 12 Février 2016

La mobilisation va se poursuivre  

Ailleurs en Bretagne, des plates-formes logistiques de la grande distribution restent toujours toujours bloquées en Ille-et-Vilaine, dans les Côtes d'Armor et le Finistère. A Pontivy (Morbihan), près de 700 personnes ont manifesté dans le centre ville après que les agriculteurs ont été délogés d'une des plates-formes.

Dans le Finistère, 130 tracteurs ont convergé dans la soirée vers le site Scarmor (centrale d'achat de Leclerc) de Landerneau et 50 autres vers le site également Scarmor du Relecq-Kerhuon, dans l'agglomération brestoise. Dans les Côtes d'Armor, les blocages concernent les sites de Rostrenen ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 10 mois

    La violence ne reglera rien mais 4% d'une population motivée (les paysans) et soutenue par 80% des francais peut vite dégénérer quand la Survie des Exploitations est en cause, meme s'il y a aussi des réformes fortes à faire ( dans le sens contraire des incitations des Chambres d'agriculture .... il faut aller vers de meilleurs produits rémunérés correctement, en réduisant les charges ( pas seulement sociales )