Agriculteurs en colère : une centaine de tracteurs bloquent Vannes

le , mis à jour à 15:42
3
Agriculteurs en colère : une centaine de tracteurs bloquent Vannes
Agriculteurs en colère : une centaine de tracteurs bloquent Vannes

Même si le préfet du Morbihan a interdit la circulation des véhicules agricoles, une centaine de tracteurs et trois cents agriculteurs ont pris position depuis 6 heures ce lundi à toutes les entrées de Vannes, la ville préfecture. Mobilisés depuis un mois, les agriculteurs dénoncent la baisse des prix de vente du porc, du lait ou du bœuf. Leur mouvement intervient alors que Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture retrouve ses collègues européens à Bruxelles pour présenter un plan d'action.

Selon la préfecture du Morbihan, au moins six points de blocage sont créés à l'entrée de Vannes, notamment sur la N165, au giratoire de Liziec. La préfecture a mis en place des déviations alors que les agriculteurs se disent prêts à rester sur place pour une durée indéterminée.

Blocage de Vannes les forces de l'ordre bloquent les tracteurs dérisoire #AvenirAgri pic.twitter.com/KC50OSwjNv— FDSEA du Morbihan (@FDSEA56) 15 Février 2016

#Vannes: rond point de Theix bloqué #agriculteurs pic.twitter.com/hsDfhoqKZp— Isa Rettig (@isa_rettig) 15 Février 2016

#manifestationagricole Carte des points de blocage à #Vannes à 8h45 pic.twitter.com/obNJFVwfRj— Préfet du Morbihan (@Prefet56) 15 Février 2016

Des tracteurs devant les plateformes logistiques des hypermarchés

Outre ce «blocus», les agriculteurs multiplient les actions contre la grande distribution avec le blocage des plateformes logistiques ou des centres commerciaux. Tout au long du week-end, plusieurs hypermarchés Leclerc ou Carrefour ont été ciblés en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-d'Armor. Depuis dimanche soir, plusieurs blocages de plateformes logistiques ont également débuté dans l'Ain. Les manifestants réclament «un prix rémunérateur» pour leurs produits et «une juste répartition des marges» alors que les négociations commerciales pour fixer les prix avec les grandes enseignes sont en cours jusqu'à fin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pierusan il y a 10 mois

    Benito 16 : les 2 sont admis (ambiguïté de la langue de Victor Hugo...). Je me demande, faut-il écrire : Vannes est bloquée ou Vannes sont bloquées ? N'y a t il pas un contresens à écrire (ou dire) que Lorient est ...à l'ouest ?

  • Benito16 il y a 10 mois

    UNE centaine est singuler, donc "bloque"

  • M8252219 il y a 10 mois

    Le gouvernement n'écoute que les industriels et les grandes surfaces que nous , nous n'entendons pas : TRÈS ÉTONNANT !!!!