Agression de l'ambassadeur US-La piste nord-coréenne explorée

le
0

(Actualisé avec précisions) SEOUL, 6 mars (Reuters) - La police sud-coréenne a demandé vendredi l'inculpation pour tentative de meurtre de l'agresseur de l'ambassadeur des Etats-Unis à Séoul et cherche à savoir si ses fréquentes visites en Corée du Nord sont pour quelque chose dans son acte. Mark Lippert, blessé d'un coup de couteau au visage, jeudi matin lors d'un débat sur la réunification de la péninsule, a dû recevoir 80 points de suture. Le nationaliste coréen qui s'en est pris à lui entendait dénoncer les manoeuvres militaires annuelles que les armées américaine et sud-coréenne ont entamées cette semaine. ID:nL5N0W703F Il s'agit de Kim Ki-jong, un homme de 55 ans qui avait déjà tenté de s'en prendre à l'ambassadeur du Japon en 2010, ce qui lui a valu une peine de prison avec sursis. "Nous cherchons à savoir s'il y a un lien entre les visites du suspect en Corée du Nord et le crime commis contre l'ambassadeur américain", a déclaré Yoon Myeong-seong, chef de la police du district de Jongno, dans le centre de Séoul, lors d'une conférence de presse. Selon les autorités nord-coréennes, qui parlent du "couteau de la justice", l'ambassadeur a reçu un "châtiment mérité" pour les manoeuvres militaires conjointes. Interrogé par des journalistes alors qu'il quittait le commissariat pour être transféré vers un tribunal, Kim Ki-jong a nié tout lien entre l'agression de l'ambassadeur et la Corée du Nord, une hypothèse qu'il a qualifiée "d'absurde". Il leur a également déclaré qu'il ne s'était jamais rendu en Corée du Nord. Le ministère sud-coréen à l'Unification maintient que Kim Ki-kong s'y est rendu à plusieurs reprises lors de visite qu'il a autorisées. (Ju-min Park, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant