Agression antisémite dans un train, deux hommes arrêtés

le
5

LYON (Reuters) - Deux hommes ont été interpellés et placés en garde à vue à Lyon au lendemain de l'agression d'un lycéen juif de 17 ans à bord d'un train Toulouse-Lyon, a-t-on appris auprès des services de la sûreté départementale de l'Isère.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a dit sa détermination à "faire disparaître l'antisémitisme en France".

Le jeune homme agressé, qui portait un signe religieux distinctif, est scolarisé à l'école Ozar Hatorah de Toulouse, théâtre de la fusillade meurtrière perpétrée par Mohamed Merah en mars. Trois enfants et un enseignant avaient alors été tués.

L'adolescent aurait été pris à partie et insulté dans le train. Il "a ensuite été agressé au niveau de la plate-forme des toilettes par deux individus qui l'ont roué de coups", explique-t-on à la préfecture de l'Isère. L'intervention d'un passager et du contrôleur a permis de mettre fin à la scène de violence.

Le jeune homme a été transporté à l'hôpital et s'est vu délivrer un arrêt de travail de huit jours. Il a porté plainte à l'hôtel de police de Lyon.

L'identité des deux suspects a pu être déterminée par la police ferroviaire.

"Tous les moyens seront mis en oeuvre pour faire reculer, pour faire disparaître l'antisémitisme. C'est un travail de longue haleine, en profondeur", a déclaré Manuel Valls à la presse après un entretien avec le président de la République à l'Elysée.

Le ministre de l'Intérieur a dit son intention de prendre des "initiatives" en ce sens avec son collègue de l'Education nationale, Vincent Peillon.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) "souligne que l'agression contre un jeune lycéen juif dans le train de Toulouse n'est que le révélateur d'une évolution très préoccupante de l'antisémitisme dans notre pays".

"Le nombre d'actes augmente, leur violence également, comme si les assassinats perpétrés par Mohamed Merah avaient libéré les pulsions", ajoute-t-il dans un communiqué.

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) demande que la lutte contre l'antisémitisme et le racisme devienne "une cause nationale".

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé pour sa part "sa profonde inquiétude face à la multiplication de ces agressions lâches".

Catherine Lagrange avec Service France à Paris, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le jeudi 5 juil 2012 à 19:06

    L'immigration clandestine, de braguettes et non choisie nous amène le racisme, la violence et la drogue. Est ce vrai ou faux? Il ne faut plus se cacher les problèmes et traiter de racistes ce qui ont le malheur de poser les vrais questions!

  • M5062559 le jeudi 5 juil 2012 à 19:02

    Les agressions racistes et les faits violents se succèdent. Elles sont très souvent le fait d'immigrés d'origine musulmanes. Le PS qui a besoin de leurs voix minimisent ou se taisent par contre n'hésitent pas à traiter de racistes ce qui disent qu'il y a un problème d'immigration en France. le pS a joué avec le feu et le feu a pris. comment va-t-on l'arrêter ? certainement pas avec l'attitude hypocrite du PS!

  • raich2 le jeudi 5 juil 2012 à 14:08

    Avec un gouvernement laxiste cela ne pourra que perdurer

  • bercam01 le jeudi 5 juil 2012 à 13:56

    Encore des Vladimir(s) ?

  • occulti1 le jeudi 5 juil 2012 à 12:20

    Honte sur la France !