Agirc-Arrco : le patronat promet un texte ambitieux

le
0
Un premier projet d'accord sur les retraites complémentaires est soumis aux syndicats aujourd'hui.

En finir avec «l'effet chasse-neige». Autrement dit, cesser de repousser les problèmes sans les régler. C'est l'ambition du chef de file patronal pour la négociation sur les retraites complémentaires (Agirc-Arrco). Elle se traduira dans le premier projet d'accord que Jean-François Pilliard dévoilera aujourd'hui aux syndicats. «Le plus facile pour les négociateurs, c'est de reconduire une fois de plus un accord pour deux ans, en laissant les problèmes aux suivants», ironisait mardi le représentant du Medef devant l'Association des journalistes de l'information sociale. Mais les régimes complémentaires sont en déficit et l'Agirc (régime des cadres) «aura “bouffé'' ses réserves dès 2015-2017, a rappelé Jean-François Pilliard. C'est demain !»

Le négociateur ambitionne donc de s'attaquer aux «problèmes structurels». Il se dit prêt à stopper la baisse des rendements (rapport entre cotisations et pensions), comme le réclament les syndicats, et à pérenniser l'AGFF (la structure qui évite aux ex-salariés retraités avant 65 ans de subir une décote, dont l'existence est âprement renégociée tous les deux ans).

Mais Jean-François Pilliard exclut toute hausse des cotisations pour équilibrer les comptes, au nom de la compétitivité des entreprises. Il propose plutôt d'aligner le rendement et les avantages familiaux de l'Agirc sur ceux de l'Arrco (tous salariés), moins favorables. De quoi faire protester la plupart des syndicats - CGT en tête, qui appelle aujourd'hui à des rassemblements pour peser sur la négociation.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant