Agirc-Arrco : le front syndical se fissure

le
33
Les partenaires sociaux n'ont plus beaucoup de temps pour trouver une solution afin de sauver de la banqueroute les régimes Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour les employés).

Alors qu'ils étaient d'accord lors de la précédente séance de discussion sur les retraites complémentaires pour demander au patronat de faire plus d'effort, les syndicats se sont divisés sur la manière d'y parvenir. A l'issue jeudi de l'avant-dernière séance de négociation qui vise à sauver de la banqueroute les régimes Agirc (pour les employés) et Arrco (pour les cadres), la CFDT a en effet accepté la proposition patronale de limiter l'effort à une simple hausse du taux d'appel, mesure qui revient à faire cotiser plus employeurs et salariés mais sans créer plus de droits à la retraite. «A court terme, la hausse du taux d'appel est très attractive car, si elle permet de combler le déficit, elle n'alourdit pas à long terme la facture pour les générations futures en ne créant pas de nouveaux droits qui pèseront sur les finances des régimes complémentaires», plaide Jean-Louis Malys, son négociateur. En face, CGT, FO, CFTC et CFE-CGC veulent augmenter les cotisations via le taux contractuel, une mesure qui permet de rééquilibrer en partie les finances des régimes tout en créant de nouveaux droits. Et ce, bien que cela entame les rémunérations des salariés et leur pouvoir d'achat. Mais «c'est du salaire différé», justifie Philippe Pilhet, de FO.

Les partenaires sociaux n'ont plus beaucoup de temps pour trouver une solution. Si rien n'est fait, les pensions seront automatiquement revalorisées le 1er avril du niveau de l'inflation, alourdissant d'autant plus les déficits. Les syndicats, qui ont déjà accepté le principe d'une desindexation temporaire (deux ans par exemple) proposée par le patronat, en sont conscients. Une ultime réunion est prévue le 8 mars. Les rencontres bilatérales devraient se multiplier d'ici là pour rapprocher les positions encore éloignées.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mercredi 20 fév 2013 à 11:26

    P..... ILS VONT NOUS METTRE SUR LA PAILLE !

  • psdi le vendredi 15 fév 2013 à 17:57

    @frinie1 : Euh, la réversion , tu peux nous en parler stp. J'ai pas bien trouvé sur ton site . Des fois qu'il y ait des injustices vis à vis de nos veuves.

  • skwaal le vendredi 15 fév 2013 à 16:49

    Les caisses des régimes spéciaux du public ont fini de siphonner les caisses du privé et voilà que les syndicats nous servent le discours qu'on reverra nos cotisations ! ben voyons... dommage que ce sujet soit insufisamment traité dans les médias, ça arrange bien le gouvernement d'ailleurs...

  • zzzle le vendredi 15 fév 2013 à 16:04

    Comme les élus ne veulent rien faire contre le chômage(plans sociaux ,etc...) la solution ===> baisser la retraite des élus de 30% et comme les salariés basée sur les 30 meilleures années et 50 ans de cotisations.

  • frinie1 le vendredi 15 fév 2013 à 15:47

    Une injustice flagrante : à quand l'égalité de la retraite entre le public et le privé. A quand aussi la fin des régimes spéciaux venant ponctionner les régimes du privé ou alourdir les charges de l'état. Allez sur le site de "sauvegarde-retraites", vous serez étonnés !

  • mperonne le vendredi 15 fév 2013 à 14:08

    A quand une petition sur internet?

  • mperonne le vendredi 15 fév 2013 à 14:07

    Pourquoi l agirc et l arrco sont ponctionnes pour payer les retraites des regimes speciaux (EDF fonctionnaires....) alors qu ils n y ont jamais cotises? Anciens ou actuellement cotisants il va falloir faire quelque chose et vite avant qu il ne soit trop tard!

  • mperonne le vendredi 15 fév 2013 à 13:52

    Ce sont des syndicalistes fonctionnaires qui gerent les caisses de retraites du prive!! Chrechez l erreur!?

  • psdi le vendredi 15 fév 2013 à 13:36

    @frk987 : je te répéte: faux

  • frk987 le vendredi 15 fév 2013 à 12:39

    psdi = parti socialiste des idiots ???????