«Agent de l'étranger» : le label obligatoire qui tue les ONG russes

le
0
«Agent de l'étranger» : le label obligatoire qui tue les ONG russes
«Agent de l'étranger» : le label obligatoire qui tue les ONG russes

«A partir de la semaine prochaine, le Comité cessera de fonctionner». Igor Kaliapine, président du Comité russe contre la torture, a finalement rendu les armes. «Nous y sommes forcés pour une seule raison : la loi qui nous demande de nous enregistrer comme agent de l'étranger».

Passée en 2012, cette loi est la nouvelle arme de Vladimir Poutine contre les organisations de défense des droits de l'Homme. Elle oblige toutes les organisations financées par des fonds étrangers, autrement dit celles qui dérangent le président russe, et ayant une «activité politique» à s'identifier comme «agent de l'étranger» sur toute sa communication.

Le problème : ce terme rappelle celui appliqué aux «ennemis du peuple» et autre dissident à l'époque de l'URSS.

L'ONG qui lutte pour la fin de la torture dans les prisons russes depuis maintenant 15 ans, n'a pas souhaité s'affubler de cette dénomination : «Il va de soi que (ce statut) est inacceptable, car il est tout simplement faux», a martelé Igor Kaliapine.

Début juin, les locaux du comité à Grozny, la capitale tchétchène, avaient été saccagés par des inconnus masqués, après une première attaque en décembre.

VIDEO. Les locaux du Comité russe contre la torture saccagés

Au total, c'est 81 organisations non-gouvernementales présentes dans le pays qui ont été ainsi classées. Et nombreuses sont celles qui ont suivi le mouvement du Comité, ne voulant pas s'affubler de cette dénomination sur leur communication publique. Et la loi promulgée en 2012 a été, début mai 2015, complétée par une autre qui permet de désigner des organisations étrangères actives en Russie comme «indésirables», permettant leur interdiction pure et simple.

Labeled as 'Foreign Agent,' #Russia NGO Committee Against Torture closes its doors. http://t.co/akUFyAXGR0 pic.twitter.com/0N7wYmi4L0— Eric Rudenshiold (@eRude_) 27 Juillet 2015

Mais l'ONG n'a pas dit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant