AG2R-La Mondiale : Péraud ne compte pas abandonner

le
0
AG2R-La Mondiale : Péraud ne compte pas abandonner
AG2R-La Mondiale : Péraud ne compte pas abandonner

Victime d'une lourde chute lors de la treizième étape, Jean-Christophe Péraud s'est expliqué à la sortie du bus. Le leader de l'équipe AG2R-La Mondiale a passé des radios qui n'ont rien révélées. Il sera bien au départ demain.

Les Tours passent et ne se ressemblent jamais pour Jean-Christophe Péraud. Victime d’une chute lors du dernier contre-la-montre de 2013, sur le podium l’année suivante, le leader de l’équipe AG2R-La Mondiale a bien mal commencé l’édition 2015. En méforme, victime d’une chute en début de Tour de France, « Jicé » était déjà en souffrance avant l’étape d’aujourd’hui entre Muret et Rodez. Avant de frapper le bitume une deuxième fois. « Je regardais derrière, bêtement. Je me demandais où était Alexis (Vuillermoz) parce que c’était monté fort et il y avait une cassure, explique-t-il à l’issue de l’étape au micro de France Télévisions. Je voulais éventuellement remonter des bidons pour la jouer un peu collectif vu mon état forme actuel. Et à ce moment là quelqu’un s’est décalé et a pris ma roue avant ». La peau du coude arrachée, la cuisse gauche à l’air, l’abandon lui a traversé l’esprit. « Clairement j’y ai pensé, confie-t-il. C’est déjà dur le vélo alors avec une chute en plus. Je ne ressens plus rien à part la douleur. Toutes les plaies, les contre-performances me font souffrir. Je vais essayer de repartir demain mais je dois passer des radios ».

Des plaies, mais pas de fractures

« Il a pas mal de plaies. Il est inquiet par rapport à son petit doigt aussi. Mais il ne se plaint pas, salue Vincent Lavenu, son directeur sportif. C’est un garçon très courageux. Il a réussi à revenir dans le peloton et il a tenu pratiquement jusqu’à la fin ». Lâché à 7 kilomètres de l'arrivée, il a fini à 5 minutes du vainqueur, Greg Van Avermaet. Les radios passées n’ont, heureusement, rien révélées de grave. Le Français souffre de contusions et de brûlures au premier degré. « On a pas vu de fractures donc demain c’est possible de repartir, a rassuré Eric Bouvat, le médecin d’AG2R-La Mondiale. Les plaies sont très sales puisqu’il a frotté le goudron. On a aussi été obligé de faire des bandages au doigt sous anesthésie à cause de la douleur. Ce ne sont pas des liaisons profondes. Le problème c’est que les plaies profondes font moins mal que les plaies superficielles et il n’a que ça. Ce sont celles à nettoyer donc ça va prendre un moment. Plus que le physique, c’est le moral de Jicé qui semblait avoir encaissé les coups. Pourtant, malgré la douleur, Jean-Christophe Péraud n’a jamais cessé de remonter des bidons à ses équipiers. Père courage.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant