Afrique du Sud : nouvelle vague de violences xénophobes entre noirs

le
0
Afrique du Sud : nouvelle vague de violences xénophobes entre noirs
Afrique du Sud : nouvelle vague de violences xénophobes entre noirs

L'Afrique du Sud est confrontée à une vague de violences xénophobes particulièrement soutenue. Des agressions contre les immigrés noirs en Afrique du Sud ont commencé avant Pâques à Durban, gagnant la métropole Johannesburg ces derniers jours. Le gouvernement recense depuis le début de l'année pas moins d'une douzaine de victimes parmi la population noire immigrée.

L'étincelle de ces affrontements ? Début janvier à Soweto, un épicier somalien a tué un adolescent sud-africain qui dévalisait son magasin. Depuis début avril, la police a dénombré six morts mais une association évoque quinze morts et 2 500 déplacés.

Malgré la grande marche antixénophobie de jeudi à Durban, les esprits sont toujours échauffés. Le président Jacob Zuma a préféré annuler son déplacement prévu en Indonésie pour le 60e anniversaire du sommet des Non-Alignés de Bandung. La police sud-africaine a déployé samedi des renforts dans l'immense agglomération de Johannesburg après une nouvelle nuit de violences à caractère xénophobe perpétrées par de petits groupes de pilleurs et casseurs, dont plus de 30 ont été arrêtés. La plupart se sont attaqué à des petits commerces qui appartiennent à des étrangers. 

Tirs avec des balles en caoutchouc

La police a notamment dû intervenir avec des tirs de balles en caoutchouc pour disperser des émeutiers dans le grand township d'Alexandra, au nord de «Joburg», d'une superficie de 7,6 km², où près de 400 000 personnes s'entassent dans des baraquements de bric et de broc. Avec une telle densité, la ville de Paris, en comparaison, compterait 5,5 millions d'habitants. 

Des violences se sont aussi produites dans le sud-est à Thokoza, cité noire théâtre d'affrontements meurtriers entre Sud-Africains noirs au début des années 1990 à la fin de l'apartheid, ainsi que dans les quartiers de Cleveland et Jeppestown. Les forces de l'ordre ont a été caillassées et la circulation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant