Afrique du Sud: le site de l'ANC piraté

le
0
Afrique du Sud: le site de l'ANC piraté
Afrique du Sud: le site de l'ANC piraté

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, a fait savoir vendredi que son site internet avait été piraté par des militants zimbabwéens liés à l'organisation Anonymous.L'ANC "a noté que des gens se faisant appeler Anonymous et prétendant être les légitimes représentants du peuple du Zimbabwe ont inondé le site de notre organisation" en le bombardant de requêtes jusqu'à ce qu'il soit mis hors service, a indiqué le parti dans un communiqué.Il s'agit d'une "attaque délibérée", a-t-il insisté. Le site était à nouveau en ligne à la mi-journée, après environ une heure d'écran blanc.Le groupe de pirates informatiques Anonymous a à son actif des cyber-attaques dans le monde entier, notamment contre les sites du FBI et du département américain de la Justice, celui du Kremlin, les sites bancaires MasterCard et Visa, et les gouvernements argentin, tunisien et yéménite.L'action du jour contre le site du parti dominant en Afrique du Sud est apparemment liée à l'implication du pays dans la crise zimbabwéenne.Le président sud-africain Jacob Zuma - qui est aussi président de l'ANC - est le médiateur de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) chargé d'aider le Zimbabwe à retrouver une vie politique normale, après que le pays eut failli sombrer dans la guerre civile en 2008.Or, Pretoria est régulièrement critiqué pour son manque de fermeté face au président zimbabwéen Robert Mugabe, qui est accusé par son opposition de traîner les pieds pour mettre en oeuvre les réformes prévues.M. Mugabe a dû s'associer à son rival Morgan Tsvangirai au sein d'un fragile gouvernement d'union nationale, mais la tension est toujours vive entre les deux hommes, d'autant que le premier a fixé la date des prochaines élections au 31 juillet alors que le second insiste pour que soient au préalable réformés les médias et les forces de l'ordre.Utilisant le compte Twitter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant