Afrique du Sud : le massacre de rhinocéros atteint un nouveau record

le
0
Afrique du Sud : le massacre de rhinocéros atteint un nouveau record
Afrique du Sud : le massacre de rhinocéros atteint un nouveau record

Les rhinocéros continuent d'être la cible d'un braconnage intensif en Afrique du Sud, et la situation s'est encore aggravée en 2014. Selon le ministère de l'Environnement local, 1 215 animaux ont été tués par des braconniers l'an dernier, contre 1 004 en 2013.

827 d'entre eux, soit plus des deux tiers, ont été braconnés dans le seul parc national Kruger, situé au nord-est du pays.

Agrandir le plan

La progression du braconnage s'explique par la vente à prix d'or des cornes en Asie, en particulier au Vietnam, où elles sont prisées dans la médecine traditionnelle. Pourtant, comme les ongles humains, la corne des rhinocéros est exclusivement composée de kératine. «Ne l'oublions pas, le braconnage des rhinocéros fait partie d'un commerce illicite de la faune pesant plusieurs milliards de dollars dans le monde entier», a souligné jeudi la ministre de l'Environnement, Edna Molewa, lors d'une conférence de presse à Pretoria.

Un record battu tous les ans depuis 2007

Les records sont tristement battus tous les ans. Les statistiques officielles montrent que 668 rhinocéros ont été abattus par des braconniers an Afrique du Sud en 2012 contre 448 en 2011, 333 en 2010, 122 en 2009, 83 en 2008 et seulement 13 en 2007. Et de nombreux spécialistes estiment que ces chiffres des autorités sous-estiment la réalité, de nombreuses carcasses échappant au macabre recensement des rangers.

Avec environ 20 000 spécimens, l'Afrique du Sud abrite 70 à 80% de la population mondiale de rhinocéros, qui est de plus en plus la cible des braconniers en dépit du renforcement des mesures de sécurité et notamment de l'intervention de l'armée. Le gouvernement sud-africain a récemment entrepris de déplacer quelques dizaines de pachydermes pour les mettre plus à l'abri. «Le trafic international organisé des cornes de rhinocéros sape nos efforts», a reconnu jeudi Edna Molewa. «On arrive vraiment au moment où les projections montrent que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant