Afrique du Sud-La chasse au léopard interdite, pas de "Big five"

le
0
    JOHANNESBURG, 13 mars (Reuters) - Pour la première fois 
depuis des décennies, les amateurs de safari ne pourront viser 
les "Big five", les cinq grands mammifères autorisés à la chasse 
en Afrique du Sud, le gouvernement ayant interdit la chasse au 
léopard pour la saison 2016. 
    Outre le léopard, les "Big five" sont le lion, le 
rhinocéros, le buffle et l'éléphant. 
    L'Institut sud-africain de la biodiversité, le South African 
National Biodiversity Institute (Sanbi), explique avoir 
recommandé cette interdiction temporaire parce qu'il n'a pas été 
possible de chiffrer avec certitude le nombre de léopards. 
    Compte tenu de leur nature secrète et de leur vie nocturne, 
les léopards ne sont pas facile à compter. 
    Selon le gouvernement sud-africain, la chasse aux animaux 
sauvages rapporte 6,2 milliards de rands par an (360 millions 
d'euros) à l'économie du pays.     
    Selon Tharia Unwin, qui dirige l'association des chasseurs 
professionnels, la Professional Hunters Association of South 
Africa (Phasa), la sécheresse actuelle en Afrique du Sud, la 
plus grave jamais enregistrée, est une bonne chose pour le 
nombre de léopards parce qu'en l'absence de pluie, les proies 
recherchées par les prédateurs sont affaiblies et plus faciles à 
tuer. 
    Elle précise qu'il en coûte 20.000 dollars (18.000 euros) 
pour tuer un léopard et que plusieurs membres de la Phasa ont dû 
rembourser des clients qui avaient déposé un acompte dans ce 
but. La plupart des étrangers qui se livrent au "Big five" en 
Afrique du Sud sont américains. 
    L'an dernier, le braconnage du lion Cecil, tué par un 
dentiste américain au Zimbabwe, avait suscité un tollé mondial. 
Le lion était une attraction majeure du parc national de Hwange. 
 
 (Ed Stoddard; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant