Afrique du Sud : l'ANC remporte les législatives malgré les critiques

le
0
Afrique du Sud : l'ANC remporte les législatives malgré les critiques
Afrique du Sud : l'ANC remporte les législatives malgré les critiques

Les Sud-Africains ont massivement reconduit l'ANC au pouvoir à l'issue des législatives et régionales de mercredi, malgré deux décennies de gestion contestée. Vendredi à la mi-journée, alors que la quasi-totalité des bulletins étaient dépouillés, le résultat provisoire donnait à l'ANC une majorité absolue de 62,20%, loin devant l'Alliance démocratique (DA, opposition libérale) avec 22,20%, et les Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche populiste) avec 6,24%. L'ANC, parti créée par Nelson Mandela, conservait en outre huit des neuf régions du pays, seule la riche province du Cap occidental, gouvernée par la DA depuis 2009, lui échappant de nouveau.

Le score national de la DA, dont la numéro un Helen Zille est blanche, laisse cependant penser que le parti a su toucher les classes moyennes, y compris les Noirs. Certains veulent y voir l'amorce d'une bipolarisation de la vie politique pour les années à venir. Quant à l'EFF, il réussit son entrée en politique en envoyant probablement une vingtaine de députés au parlement. Ce nouveau parti fondé par le trublion Julius Malema veut occuper l'aile gauche de l'échiquier politique, en prônant la nationalisation des mines et des banques, et l'expropriation sans indemnité des grands propriétaires terriens blancs.

La critique contre l'ANC est violente, mais il n'y a pas d'alternative

Ce succès va redonner à l'ANC une majorité absolue au parlement, dont la première tâche le 21 mai sera de réélire le président Jacob Zuma pour un nouveau mandat de cinq ans. Plusieurs raisons expliquent cette domination écrasante, dans un pays où le chômage touche pourtant un quart de la population, où les villes sont cernées de bidonvilles miséreux, et où les inégalités entre riches et pauvres se sont accrues depuis la fin de l'apartheid.

Parmi les électeurs rencontrés à la sortie des urnes mercredi, même les plus jeunes insistaient sur leur fidélité historique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant