Afrique du Sud : Jacob Zuma dans la tourmente

le
0
Jacob Zuma lors d'une messe à la mémoire de Nelson Mandela le 8 décembre 2013.
Jacob Zuma lors d'une messe à la mémoire de Nelson Mandela le 8 décembre 2013.

Le deuil et les célébrations n'auront pas eu raison de l'hostilité de l'opinion publique. Lundi encore, alors qu'il inaugurait une immense statue de Nelson Mandela devant le siège du gouvernement à Pretoria, le président Jacob Zuma promettait "une Afrique du Sud démocratique, ouverte à tous" et rappelait l'attachement de Nelson Mandela à l'ANC, son parti. Mais il faudra plus que cela pour faire taire les critiques contre lui. Si l'ANC reprend des couleurs, Jacob Zuma n'a pas réussi, quant à lui, à faire oublier son impopularité ces derniers jours.La semaine a été éprouvante pour l'actuel président sud-africain. Elle a commencé par des huées lorsqu'il est apparu au grand stade de Soweto, où une centaine de chefs d'État étaient réunis pour célébrer l'héritage de Nelson Mandela.

REGARDEZ les sifflets qui accueillent le président sud-africain au stade de Soweto

Elle s'est conclue par un sondage qui le sanctionne durement. Une enquête d'opinion publiée par le Sunday Times sud-africain dimanche indique que 51 % des électeurs de l'ANC voudraient voir Jacob Zuma démissionner avant les élections générales de 2014. La parution de ce sondage, au moment où le président sud-africain s'apprêtait à rendre un dernier hommage à Nelson Mandela à Qunu, est plus qu'un coup dur. C'est la preuve cuisante que personne n'a oublié ces jours-ci les scandales et les accusations de corruption. Un président au coeur d'accusations de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant