Afrique du Sud: des mineurs clandestins refusent de sortir

le
0
Afrique du Sud: des mineurs clandestins refusent de sortir
Afrique du Sud: des mineurs clandestins refusent de sortir

Des mineurs clandestins sud-africains, pris au piège par un rocher obstruant la sortie du puits ce week-end, étaient toujours sous terre lundi matin, bien que la voie de sortie soit désormais libre. Ces mineurs illégaux, dont le nombre reste indéterminé, redoutent d'être arrêtés par la police.

Au total, vingt-deux mineurs ayant participé à cette expédition au fond d'un puits désaffecté de Gold One International, à l'est de Johannesbourg, sont remontés à la surface, dont onze dimanche. «Depuis ce (lundi) matin, onze autres sont sortis, et nous ne savons pas encore combien sont sous terre», a reconnu un technicien des secours municipaux de Benoni, David Tshabalala.

Les onze mineurs secourus dimanche ont subit des examens médicaux qui n'ont décelé aucune blessure. Ils devaient ensuite être déférés au juge pour activité minière illégale.

Certains auraient pu sortir pendant la nuit

Alors qu'on avait évoqué, à l'origine, la possibilité que quelque 200 mineurs soient bloqués dans ce vieux conduit de mine, exploité illégalement derrière un terrain de cricket de Benoni, dans la grande banlieue de Johannesburg, on ne sait, 24 heures plus tard ni combien ils étaient au moment de l'effondrement, ni combien sont encore sous terre.

Il est possible que certains aient pu déjà sortir durant la nuit, selon Mack Mngomezulu, porte-parole de la police de la banlieue de Benoni, les opérations de secours ayant été abandonnées dimanche soir. «Ils refusaient notre aide et ne voulaient pas sortir», a expliqué Mack Mngomezulu. Aller les chercher de force aurait présenté de trop gros risques pour les sauveteurs qui avaient auparavant fait descendre de l'eau et des vivres.

Les mineurs illégaux sont le plus souvent des anciens mineurs ou des chômeurs, venant en général d'Afrique du Sud et des pays pauvres voisins. Certains travaillent parfois plusieurs mois au fond de mines qui ne sont plus entretenues, sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant