Afrique du Sud : des dizaines de mineurs piégés dans une mine d'or illégale

le
0
Afrique du Sud : des dizaines de mineurs piégés dans une mine d'or illégale
Afrique du Sud : des dizaines de mineurs piégés dans une mine d'or illégale

Onze premiers mineurs ont été sortis dimanche d'une mine d'or illégale de la banlieue de Johannesburg en Afrique du Sud. Des dizaines d'ouvriers, plus de 200 selon certaines informations, y auraient été pris au piège depuis la veille. «Nous en avons secouru onze jusqu'à présent, la plupart ne présentent pas de blessures apparentes mais ils font l'objet d'un examen médical», a déclaré à l'AFP Russel Meiring, membre de l'organisation de secours d'urgence privée ER24.

Les onze premiers rescapés ont été évacués à l'aide d'une échelle descendue dans le puits par les sauveteurs. Ceux-ci ont oeuvré plusieurs heures à l'aide d'équipements lourds pour accéder aux victimes, une trentaine au moins, peut-être plus de 200. «Nous sommes entrés en communication avec une trentaine de mineurs coincés. Ils nous dit qu'il y en avait 200 autres en dessous d'eux», a expliqué au début des opérations Werner Vermaak, porte-parole de l'organisation de secours ER24 qui n'a pas été en mesure de confirmer par lui-même la présence des 200 autres mineurs.

Les mineurs craignent d'être arrêtés pour travail clandestin

«Oui, il est possible qu'il peut y en avoir plus (de trente), mais nous ne le savons pas et nous n'allons pas y faire descendre nos sauveteurs», a dit Rogger Mamaila, responsable local des services de secours. Les opérations de sauvetage se sont terminées environ deux heures après la sortie des onze rescapés.

Craignant d'être arrêtés pour travail clandestin et intrusion, un nombre inconnu d'hommes ont refusé de remonter à la surface. «S'il y a quelqu'un qui manque de courage pour sortir... en tout cas nous avons enlevé les rochers et ouvert un passage. C'est à eux de décider quand ils veulent sortir», a ajouté M. Mamaila. 

Aucune enquête n'a été ouverte, a déclaré la police, mais les mineurs devraient être placés en état d'arrestation pour avoir opéré clandestinement. Selon les sauveteurs, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant