Afrique du Sud : Dans la tourmente, les Boks vont-ils rebondir ?

le
0
Afrique du Sud : Dans la tourmente, les Boks vont-ils rebondir ?
Afrique du Sud : Dans la tourmente, les Boks vont-ils rebondir ?

Alors que la question du racisme chez les Springboks a ressurgi cet été, dans quel état l'Afrique du Sud abordera-t-elle cette Coupe du monde ?

 


PARCOURS EN COUPE DU MONDE
1987 : pas invité
1991 : pas invité
1995Vainqueur
1999 : 3eme
2003 : quarts de finale
2007Vainqueur
2011 : quarts de finale

CALENDRIER
19/09 (à 17h45 - Brighton) : Afrique du Sud - Japon
26/09 (à 17h45 - Birmingham) : Afrique du Sud - Samoa
03/10 (à 17h45 - Newcastle) : Afrique du Sud - Ecosse
07/10 (à 17h45 - Stade Olympique) : Afrique du Sud - USA     

 

 

Capitale : Pretoria
Superficie : 1 219 912 km²
Population : 52 980 000
Hymne : Nkosi Sikelel'iAfrika/Die Stem (écoutez ici)

Fédération créée en 1889
Classement WorldRugby (07/09/15) : 3eme
Nombre de licenciés : 342 316
Nombre de clubs : 1 524
Emblème : le springbok (antilope)
Surnoms : les Boks, les Springboks 
Site internet : www.sarugby.co.za
Twitter : @Springboks
Couleurs : vert, or et blanc

Trop facile puis trop dur ?

Il faudra évidemment compter sur l’Afrique du Sud dans cette poule B. Placés dans un groupe largement à leur portée, les Springboks vont aisément passer le premier tour et se faire les dents contre des adversaires de niveau inférieur. C’est peut-être d’ailleurs là où est le risque. Ils peuvent en effet se faire surprendre en affrontant un gros morceau (Angleterre, Australie ou pays de Galles) lors de leur quart de finale. Pas sûr qu’ils aient eu les moyens de s’étalonner face à l’Écosse ou les Samoa. Il faudra, avant de se faire un jugement plus précis, attendre de voir si certains joueurs majeurs entrent idéalement dans la compétition et si les histoires de discrimination qui ont pourri l’été sud-africain ont eu un impact négatif sur le collectif. Si sur le papier, l’Afrique du Sud peut évidemment aller loin, elle devra réaliser une préparation optimale pour que ses joueurs arrivent dans leur pic de forme au moment des matchs couperets. Si tout se goupille bien, les Springboks pourraient même voler la vedette à la Nouvelle-Zélande.

Le joueur à suivre : Duane VERMEULEN

Toulon a flairé le bon coup en recrutant pour trois ans Duane Vermeulen, référence mondiale à son poste de troisième ligne centre. Mais avant de rejoindre le Top 14, Duane Vermeulen (29 ans) a rendez-vous avec la Coupe du monde, sa première. Et le Sud-Africain compte bien y montrer toute l’étendue de son talent. En plus d’être capable de grandes courses balle en main et de gestes techniques dignes d’un trois-quarts, le natif de Nelspruit a une propension à voler les ballons à l’adversaire. Un « ball carrier » dans le moule du grand André Venter, dit « l’indestructible ». En 2014, Duane a été titularisé lors de toutes les rencontres des Springboks (13), reléguant Pierre Spies sur le banc. Une prouesse qu’il n’a pas pu rééditer cette saison en raison de blessures à répétition. Avant le Mondial, il a d’ailleurs été sérieusement touché au cou, blessure qui a nécessité une opération. Longtemps incertain, le désormais ex-Stormer sera bien présent. Un joueur solide que le public anglais aura finalement la chance de voir évoluer.

Le sélectionneur : Heyneke MEYER

Pressenti en 2008, finalement instauré en 2012, Heyneke Meyer aura dû attendre ses 44 ans avant de prendre la tête des Springboks. Venant ainsi couronner une carrière d’entraîneur exceptionnelle commencée à l’âge de 30 ans. La spécialité de Meyer, sortir une équipe de l’anonymat. D’abord avec les SWD Eagles, qu’il conduit en finale de la Vodacom Cup en 1998 dès sa première année en poste et en demi-finales de la Currie Cup en 1999. Ensuite, avec les Blue Bulls de Pretoria. Meyer les fait renaître de leurs cendres et remporte quatre Currie Cup entre 2002 et 2006. Mais Heyneke Meyer, c’est surtout le premier entraîneur d’une équipe sud-africaine à remporter le Super 14, c’était en 2007, avec Pretoria. Entre temps, Meyer a été l’adjoint de Nick Mallet pour le Mondial 1999. Egalement passé par Leicester en 2008-2009, il n’a pas été épargné cet été en étant régulièrement traité de raciste dans son pays.

LES 31 SUD-AFRICAINS
Avants (17) : Tendai 'The Beast' Mtawarira (Sharks), Trevor Nyakane (Bulls), Coenie Oosthuizen (Sharks), Bismarck du Plessis (Montpellier/FRA), Adriaan Strauss (Bulls), Schalk Brits (Saracens/ANG), Jannie du Plessis (Montpellier/FRA), Frans Malherbe (Stormers), Eben Etzebeth (Stormers), Victor Matfield (Bulls), Lood de Jager (Cheetahs), Pieter-Steph du Toit (Stormers), Willem Alberts (Stade Français/FRA), François Louw (Bath/ANG), Schalk Burger (Stormers) (Cheetahs), Siya Kolisi (Stormers), Duane Vermeulen (Toulon/FRA).

Arrières (14) : Willie le Roux (Sharks), Zane Kirchner (Leinster/IRL), JP Pietersen (Sharks) Bryan Habana (Toulon/FRA), Lwazi Mvovo (Sharks), Jean de Villiers (Stormers), Jesse Kriel (Bulls), Damian De Allende (Kintetsu Liners/JAP), Handré Pollard (Docomo Red Hurricanes/JAP), Patrick Lambie (Sharks), Morné Steyn (Stade Français/FRA), Fourie du Preez (Suntory Sungoliath/JAP), Ruan Pienaar (Ulster/IRL), Rudy Paige (Bulls)

Avec la collaboration du magazine OVALE

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant