Afrique centrale: la BEAC appelle la France à lancer "une offensive" d'investissements

le
0

Le gouverneur de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC), Lucas Abaga Nchama, a appelé vendredi la France à lancer "une offensive" d'investissements en Afrique, déplorant que l'aide au développement de Paris ait baissé pour le continent.

"Mon sentiment est qu'il y a besoin davantage d'investisseurs français en Afrique", a affirmé lors d'une rencontre avec la presse à Paris le gouverneur équatoguinéen, convaincu qu'une "offensive française serait de nature à nous aider à doper la croissance" dans la région.

Après avoir constaté qu'il y a "de moins en moins d'investissements français" en Afrique centrale, dans un contexte de concurrence de grands pays émergents comme la Chine, M. Abaga a rappelé que la France était "un partenaire de choix", tout en regrettant que "l'aide au développement ait diminué".

Il a également reconnu que les pays africains devaient faire, pour leur part, des efforts pour "améliorer le climat des affaires". "L'investisseur à besoin de certaines conditions pour venir investir", a-t-il expliqué.

Il a aussi appelé les pays de la région à "poursuivre les réformes structurelles, à diversifier l'activité économique et à élargir les sources de croissance pour compenser, lorsqu'un secteur comme le secteur pétrolier souffre après un choc".

L'aide publique au développement (APD) de la France devrait atteindre 9,4 milliards d'euros en 2017, après 8,4 milliards en 2016, selon le ministère de l'Economie et des Finances.

Selon l'organisation Coordination Sud, ce montant reste cependant en baisse par rapport au début du quinquennat. La France n'a ainsi consacré l'an dernier "que 0,37% de sa richesse nationale à l'APD, contre les 0,7% promis devant la communauté internationale à maintes reprises", souligne l'association.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant