Afghanistan-Une frappe de l'Otan fait 14 morts, dont des civils

le
0

ASADABAD, Afghanistan, 10 septembre (Reuters) - Une frappe aérienne de l'Otan a fait 14 morts, dont des civils, dans l'est de l'Afghanistan, a déclaré mercredi un responsable afghan, à moins de quatre mois du retrait des troupes combattantes étrangères. Le président Hamid Karzaï, dont le successeur devrait être connu la semaine prochaine, a condamné la mort de civils. Un communiqué de la présidence a imputé la frappe à un avion de chasse américain. Le gouverneur de la province de Kunar a indiqué que des villageois du district de Narang, où les taliban sont très actifs, avaient transporté dans la capitale provinciale les corps de 14 personnes, dont deux enfants, en affirmant qu'il s'agissait tous de civils. Shula ul-Mulk Jalala, le gouverneur, a précisé que la police afghane et des soldats américains avaient sollicité un appui aérien tard mardi soir après être tombés dans une embuscade dans une région montagneuse. Un porte-parole de l'armée américaine, le major Paul Greenberg, a confirmé qu'une frappe aérienne avait tué un insurgé dans le district de Dangam et qu'une autre opération avait eu lieu dans celui de Narang, dont les circonstances sont selon lui "en cours d'évaluation". Le district de Narang échappe très largement au contrôle de Kaboul, dont la capacité à tenir tête aux taliban sans l'appui des troupes étrangères fait débat. Mardi, Hamid Karzaï a appelé les deux candidats à sa succession, qui se sont tous deux proclamés vainqueurs de l'élection présidentielle du 14 juin, à respecter l'accord de partage du pouvoir qu'ils ont signé la semaine dernière, dont la mise en oeuvre conditionne le maintien de forces de l'Otan au-delà du mois de décembre. Un responsable de la commission électorale indépendante a déclaré mercredi que les résultats définitifs du scrutin seraient annoncés la semaine prochaine, "avec ou sans accord" préalable entre les deux candidats. Abdullah Abdullah a annoncé qu'il n'accepterait jamais des résultats entachés de fraudes, malgré l'audit réalisé sous l'égide de l'Onu. Le candidat de l'ethnie tadjike n'a pas précisé ce qu'il ferait si Ashraf Ghani, issu de la majorité pachtoune, devait être proclamé vainqueur. Les résultats préliminaires créditent l'ancien économiste de la Banque mondiale de 56% des voix. (Mohammad Anwar, avec Hamid Shalizi et Kay Johnson à Kaboul; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant